Amnesty international-Guinée et l’ONG WAFRICA ont lancé une campagne de vulgarisation du code civil guinéen. Le lancement officiel a eu lieu, ce mardi 22 juin, dans la salle de conférence Mohamed Koula Diallo de la maison de la presse. Durant cette campagne, les deux structures comptent vulgariser les 1 636 articles du code civil à travers des publications sur les réseaux sociaux.

Selon les initiateurs, la campagne visera particulièrement les populations et sera diffusée à travers plusieurs médias nouveaux et traditionnels, et surtout dans plusieurs langues nationales sur toute l’étendue du territoire.

« Depuis 2019, le code civil a été adopté et promulgué, malheureusement, il suffit d’aller dans certaines mairies, lors des célébrations de certains mariages on a constaté il y a encore des agents de l’état civil qui utilisent malheureusement l’ancien code. Aujourd’hui, en cas de divorce, vous allez demander par exemple la garde des enfants, il y a beaucoup de nos populations qui continuent encore de soulever les articles de l’ancien code civil. On parle de déclaration de naissance, beaucoup de personnes ne savent pas encore la femme, la maman peut aller déclarer la naissance de son enfant. Ce qui était interdit par exemple dans l’ancien code civil… », a expliqué Souleymane Sow, directeur exécutif d’Amnesy international Guinée.

Présent dans la salle, le directeur national de l’état civil de Guinée, Ibrahima Camara, a laissé entendre que « le code civil est très important pour la conduite de la vie sociétale, comme vous savez tous, vous devez dès la naissance vous devez disposer d’un document qui atteste l’identité de votre personne qu’on appelle en général extrait de naissance attestant que vous êtes né et qui atteste que vous avez des parents (père et mère) Donc ce document atteste votre insertion au sein de la société et fait de vous un citoyen à part entière  du pays ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199