Ce vendredi 8 novembre, le ministre en charge des Investissements et des partenariats publics-privés a animé la première session des échanges sur l’environnement des affaires en république de Guinée.

Tenue dans un réceptif hôtelier de la place, cette rencontre a réuni des membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers, ainsi que des acteurs de la société civile guinéenne.

Prenant la parole, le ministre Gabriel Curtis a fait le point sur la situation de l’environnement des affaires qui, selon lui, de manière globale, connaît des progrès significatifs, même s’il y a encore besoin d’améliorer le rythme des affaires.

En guise d’exemples, M. Curtis a rappelé que sur les neuf réformes présentées par la Guinée au niveau du Doing business, seulement deux ont été validées. “Ça veut dire, explique-t-il, que les sept autres doivent encore faire l’objet de plus de travail pour être validées cette année. C’est dans cette perspective que nous avons réuni tous ceux qui sont chargés au sein des différents départements ministériels, à travailler sur l’amélioration du climat des affaires… La Guinée a aussi enregistré une croissance économique enviable, on a vu des croissances économiques à deux chiffres en 2016 et 2017. Et une croissance économique forte en 2018 dont 6,8% et 6,3% pour 2019″.

À en croire le ministre, la Guinée a également à progresser de manière enviable dans le cadre du Millennium Challenge Corporation (MCC), un programme qui finance de manière gratuite la construction d’infrastructures structurantes. “On a plus que doublé notre score, donc on est presque dans la catégorie des pays éligibles et nous allons travailler pour cela”, a-t-il promis.

Après avoir précisé que la croissance économique de la Guinée est portée par le secteur des mines et dans une moindre mesure par le secteur de l’agriculture ; Gabriel Curtis a annoncé qu’au niveau de l’investissement, le gouvernement projette “de créer un cadre le plus favorable possible pour qu’il y ait une véritable diversification de l’investissement dans ce pays, notamment dans les domaines que sont l’agriculture, l’énergie, les infrastructures, le tourisme, etc.”

Également présent à cette rencontre, le ministre en charge du Budget, Ismaël Dioubaté a fait savoir qu’il ‘‘y a une bonne perception par rapport à l’environnement global des affaires. Nous nous sommes inscrits dans des réformes structurantes pour que tous les investisseurs, qu’ils soient locaux ou étrangers puissent trouver leur compte au niveau administratif et que toutes les procédures liées à l’investissement soient simplifiées, accessibles aux moindres coûts”.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire