Ce mercredi, sur Ndimba radio (100.1 FM), le président du Mouvement National pour le Développement (MND), s’est exprimé sur sa volonté de rassembler les partis politiques autour d’un idéal commun, mais aussi sur certains faits du CNRD.

Parlant de la transition, Dr Ousmane Doré a fait remarquer que « des questions se posaient à l’époque sur ce qui va être cette nouvelle transition politique pour la Guinée. Et nous n’avons pas été surpris de voir que les nouvelles autorités dans le cadre justement de la mise en place de cette transition avait fait appel à toutes les couches socioéconomiques du pays. Ces assises qui ont d’ailleurs commencé avec la classe politique ont eu lieu au Palais du peuple et c’est suite à ces rencontres que nous avons dit effectivement, les discours étant vers le rassemblement du peuple de Guinée, qu’il fallait que la classe politique qui a un rôle à jouer dans cette transition, qu’elle puisse se rassembler elle-même. Et le rassemblement de la classe politique était pour nous un objectif clé, en dépit de ce que beaucoup de gens ont dit, Dr Doré a réuni la classe politique pour aboutir à une clef de répartition des représentants au CNT. Mais nous avons estimé compte tenu du rôle de la classe politique dans une transition politique, que nous nous retrouvions après les assises de septembre », a précisé M. Doré.

Par ailleurs, le ministre des Finances sous le régime du feu président Lansana Conté, a estimé que la volonté du CNRD de mettre un terme aux délits économiques à travers la création de la CRIEF est « une très bonne initiative, vous savez que l’impunité est un mal, un mal qu’il faut guérir dans ce pays où des crimes économiques ont été commis. Bien entendu, le CNRD va mettre beaucoup de choses en place qui vont être dans la continuité, ce n’était pas à eux de dire nous avons mis et c’est fini, mais il faut mettre des structures qui sont mieux outillées. Vous savez dans un régime d’exception, il y a des décisions à prendre et comme ça porte sur la justice, l’enjeux pour eux est de rendre ces institutions crédibles pour qu’elles survivent à la période de transition », a souligné le médiateur de la classe politique guinéenne.

Parlant du général Lansana Conté, mort le 22 décembre 2008, son ancien ministre des Finances rappelle : « C’était un leader et il avait les qualités et caractères d’un vrai leader. Moi j’étais celui qui le combattait quand j’étais étudiant aux Etats Unis et quand je suis devenu ministre ici, je vous dis clairement à l’approche de cet homme-là, qui avait toutes les valeurs humaines et il écoutait surtout, moi qui étais pressenti être l’opposant dans le gouvernement, j’étais devenu son meilleur ami et celui qu’il avait beaucoup admiré. Moi je crois que le feu président général Lansana Conté, était un grand président, il rentre dans l’histoire mais pas seulement parce qu’il a ouvert le pays à la démocratie mais il connaissait la Guinée. »

Voir ci-dessous l’intégralité de l’émission

Une synthèse de Thierno Abdoul Barry pour Guinee7.com