Une personne a été découverte morte, lundi dernier, vers 6h 30 dans la trappe du train d’atterrissage du vol AT-526 de la Compagnie Royal Air Maroc reliant dans la nuit du dimanche au lundi, Conakry (Guinée) à Casablanca (Maroc).

Suite à ce drame, le ministère guinéen des Transports, a dans un communiqué, précisé qu’à ‘‘ce stade de l’enquête préliminaire, il n’est ni établi qu’il s’agit d’une personne de nationalité guinéenne ni confirmé qu’elle s’est effectivement embarquée à partir de l’aéroport de Conakry, étant donné qu’un corps peut rester coincé dans la trappe d’un avion plusieurs jours durant, en raison de la congélation due aux basses températures observées en altitude’’.

Une défense qui contraste l’explication de la compagnie marocaine. ‘‘Visiblement, l’homme d’origine subsaharienne avait accédé à la piste de l’aéroport de Conakry en enfreignant les règles de sécurité en vigueur, avant de se dissimuler dans la trappe du train d’atterrissage de l’avion. Il est décédé dès le décollage de l’avion’’, a avancé la RAM dans un communiqué.

Guinee7.com a montré le communiqué du ministère guinéen des Transports à une source proche de la compagnie marocaine, pour son commentaire. Selon cette source qui préfère garder l’anonymat, ‘‘Il est peu probable que la personne se soit embarquée à partir d’un autre aéroport que Conakry. Parce qu’en général, pour la journée, on fait les vols de l’Europe vers le Maroc ; c’est la nuit qu’on fait des vols du Maroc vers l’Afrique au sud du Sahara. Ils vont faire des enquêtes, dans tous les cas la sécurité est à renforcer dans ces aéroports. Il ne faut pas que les gens se voilent la face. Parce que les gens peuvent facilement escalader les murs de l’aéroport pour se retrouver sur la piste. En plus, nous on a des horaires assez difficiles, on est à Conakry entre 1h et 3h du matin. C’est vrai qu’en ce moment, les gens sont fatigués, avec l’obscurité parfois, leur vigilance peut être trompée’’, estime notre source.

‘‘L’appareil dans lequel le corps a été retrouvé, est une petite machine. Ce sont des machines qui font le matin, le trajet Maroc-Europe-Maroc. La nuit, Maroc-Afrique sub saharienne-Maroc. Je vois mal comment un individu peut clandestinement s’embarquer du Nord vers le Sud’’, insiste notre interlocuteur.

Pour rappel, le 2 août 1999, les corps de deux garçons ont été retrouvés dans le train d’atterrissage d’un avion Conakry-Bruxelles. Il y a vingt ans, donc, Fodé et Yaguine, c’est leurs noms, mourraient dans les mêmes circonstances que la personne non identifiée morte dans le logement du train d’atterrissage de la RAM.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com