Damantang Albert Camara, ministre de la Sécurité et de la Protection civile

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile (MSPC) de la République de Guinée a été saisi d’un communiqué de presse paru sur votre site le 29 avril dernier et affirmant que « les autorités (guinéennes) ont harcelé, intimidé et procédé à l’arrestation arbitraire de membres et partisans de l’opposition au cours des dernières semaines, dans une atmosphère d’insécurité liée aux restrictions imposées dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19». Lire ci-dessous toute la réponse du ministère guinéen de la Sécurité.

Réponse-Communiqué-HRW-du-290420