Dans une interview accordée à notre rédaction, ce vendredi 9 février, le candidat indépendant de la commune de Matam, Badara Koné, a dénoncé des cas de vols dans le processus électoral.

Guinée7.com : Quelle lecture faites-vous de toutes ces violences qui sévissent en Guinée, suite à la proclamation des résultats dans certaines circonscriptions ?

Badara KONE : Je trouve que ce qui arrive est anormal. Ce n’est pas une chose à encourager, mais il faut que nous arrêtions les magouilles, puisque c’est ce  qui envoie tout ce qui arrive là. Il y a de la magouille à tous les niveaux, et  ceux qui taxent les autres de voleurs sont eux-mêmes des voleurs ;  c’est ce qui complique la situation. Chacun est professionnel dans cette histoire d’élections, et nous, les candidats indépendants qui sommes à notre première fois, sommes  surpris, puisque on ne savait pas toutes les techniques qu’ils utilisaient pour être ce qu’ils sont aujourd’hui ; nous par exemple, jusqu’ici les chiffres sur nos PV que nous détenons sont différents des chiffres qui sont à la mairie. Par quelle magie cela s’est produit ? C’est pour vous dire qu’à l’avenir, comme la loi a été claire sur un fait, c’est-à-dire donner l’autorité aux partis politiques seuls de participer aux élections nationales. Mais aux citoyens de participer aux élections locales. Qu’ils soient gentils d’accepter que les citoyens seuls soient dans les élections locales et que les partis politiques se retrouvent aux élections nationales. Je pense qu’à partir de là, les problèmes vont être résolus, parce que les partis politiques ont tendance à politiser ces élections de proximité.

Selon vous, au-delà  de la magouille à laquelle vous avez fait allusion plus haut, ces violences sont dues à quoi ?

Le manque de confiance, avant même la proclamation des résultats, on taxe des gens de voleurs ou de magouilleurs. Cela se fait que quand on n’a pas confiance à son prochain. Je pense que c’est le manque de confiance ; celui qui est venu participer pense que celui qui organise n’est pas sérieux, ensuite celui qui organise pense que celui qui est venu se plaindre n’est pas sérieux. Qui faut-il accuser ? On ne sait pas. Donc, c’est un manque total de confiance à tous les niveaux.

Quel est votre sentiment par rapport à l’organisation  de ces élections, en tant que liste indépendante?

Je suis déçu ! Moi, je pense que les choses n’ont pas été faites dans les règles de l’art. Cela n’a pas été juste. Il y a eu beaucoup de vols, je viens de vous dire que devant un bureau de vote ici, on était premier avec 112, le RPG était 4ème avec 52, mais les résultats à la commune, dans le même bureau, le RPG revient avec 152 et moi je retourne jusqu’à 82. C’est impressionnant, donc voilà de petits détails qui arrivent et qui nous disent que ça n’a pas été juste. Il y a eu du vol à tous les niveaux, Nous comptons sur la CENI pour donner raison à qui de droit.

Quel appel lancez-vous aux uns et aux autres ?

Le calme, je dis aux uns et aux autres de se calmer, d’accepter la volonté de Dieu ; il faut se dire que ce n’est jamais la dernière fois, tant que nous vivons nous pouvons espérer, nous devons nous fixer d’autres perspectives. Moi par exemple, j’ai fini l’élection communale, là je suis fixé (sur les, ndlr) élections législatives, depuis trois jours je suis fixé élections législatives. Nous allons nous battre pour que le député de Matam soit un citoyen de Matam, inchallah.

Propos recueillis par Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com    

Publicités