Le juge d’instruction du Tribunal de première instance de Kaloum, Sekouba Condé, a classé irrecevable la plainte des Chinois qui accusaient abusivement des dirigeants de la compagnie minière AGB2A SA de les avoir spoliés de plusieurs millions de dollars dans le cadre de l’exploitation de plusieurs mines de bauxite à Boffa.

L’ordonnance numéro 018/CAB/DH/TPI/K/2021 prise par le juge Condé sonne l’épilogue d’une vraie fausse “affaire”, allègrement manipulée par la presse, sur la base d’informations biaisées, fera date dans l’histoire de la justice guinéenne.

Les sieurs Tang Zhong, Lui Kun et Xu Erkai, représentés par Mme Wang Qing Sun Xiaoyou, ont essuyé une fin de non-recevoir dans leurs prétentions fantaisistes qui ont porté des dommages moraux et financiers, non seulement à la compagnie AGB2A, mais également à son partenaire stratégique SD Mining, où le groupe de grincheux est actionnaire minoritaire, sans pouvoir de décision et donc pas en mesure d’engager la compagnie chinoise (SD mining) dans une action judiciaire à la fois inique et aventureuse.

Dans une précédente ordonnance, la mise sous contrôle judiciaire des accusés Claude Lorcy,  Dengcai Chen Jun et Zhang Kelin a été purement et simplement levée, au vu du caractère léger de la plainte.

En fait, comme l’ont soutenu fort justement les avocats d’AGB2A “Madame Wang Qing Sun Xiaoyou, quant à elle, ne figure nulle part dans les statuts, parmi les actionnaires de la société SD Mining SA. Qu’à la lumière de ce qui précède, les actionnaires minoritaires de la SD Mining n’ont aucune qualité à agir directement contre la société AGB2A SA (…)”, le juge guinéen ne s’est pas laissé berner par les arguments fallacieux des défenseurs de fameux chinois prétendument “spoliés”.

En dépit de l’acte de désistement (introduit en désespoir de cause) qui, par ailleurs, ne pouvait nullement influencer la justice, le magistrat a sonné la fin de la pathétique  récréation en des termes sans ambages : “(…) vu les dispositions des articles 143 et suivants du code de procédure pénale ; déclarons irrecevable l’action de Mme Wang Qing Sun Xiaoyou, représentante des sieurs Xu Erkai, Tang Zhong, Lui Kun et la société SUNDA Mining pour défaut de qualité et du droit d’agir en justice. Ordonnons par conséquent un refus d’informer de la présente procédure  pour les motifs ci-dessus évoqués, mais aussi pour manque d’indices graves ou concordants à l’encontre des nommés Lorcy Jean Marie Claude, Dengcai Chen Jun et Zhang Kelin rendant vraisemblable qu’ils ont pu participer, comme auteurs ou complices, à la commission des infractions dont nous sommes saisi”.

Pour une affaire où on s’égosillait à parler de : “escroquerie, abus de confiance, de faux en écriture de banque et abus de biens sociaux”, la montagne en porcelaine a bel et bien accouché d’une… punaise.

En réalité tous les fonds investis dans AGB2A SA, inscrits régulièrement au bilan de cette compagnie qui fait tranquillement son bout de chemin, ont permis de construire, des routes, un port et ouvrir une mine, dans une totale transparence. 

Le juge Condé n’a fait que constater les faits que certains voulaient tordre à souhait pour imposer une certaine idée du secteur minier.

AGB2A est une compagnie junior, offrant l’une des bauxite de meilleure qualité actuellement disponible sur le marché. Elle est contrôlée à 58% par des intérêts guinéens contre 42% d’intérêts chinois.

AGB2A-AVOCAT

Oumar Camara