Information guinee7.com. Ce mercredi 20 juillet, à Conakry, a été signée la cession de 7,5% d’actions de Simfer à l’Etat guinéen, représenté par la Soguipami (Société guinéenne du patrimoine minier). Cette cession porte désormais les actions non contributives (gratuites) de l’Etat guinéen dans le capital de Simfer à 15%.

Pour rappel, selon les termes du « cadre d’investissement du projet », la Guinée peut avoir dans Simfer des actions allant jusqu’à 35% dont 15% gratuites. 7,5% de ces actions avaient été libérées par Rio Tinto et ses partenaires dès la signature du contrat. C’est donc le reste des 15% qui vient d’être libéré.

Simfer S.A. est le titulaire de la  concession minière de Simandou (blocs 1 et 2) située dans le sud de la Guinée où se trouve l’une des plus grandes ressources inexploitées de minerai de fer de haute qualité au monde. Avec des réserves estimées à plus de 2 milliards de tonnes d’une teneur moyenne de 65,5% Fe, le projet actuel de la mine prévoit une production de 100 millions de tonnes par an sur une période de plus de 40 ans.

Jusque-là les actions dans Simfer étaient réparties comme suit : Etat guinéen  (7,5%), Rio

Tinto (46,57%), Chinalco (41,3%) et la Société Financière Internationale, groupe banque mondiale (4,625%).

Le projet Simandou a le potentiel de devenir un puissant moteur de développement économique et social pour la Guinée. Mais Rio Tinto qui pilote le projet a récemment déclaré dans la presse que son développement n’est pas sa priorité au grand dam du gouvernement guinéen qui tient à faire respecter les accords signés avec la compagnie australo-anglaise.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com