En début de semaine, à l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de la création de la fédération guinéenne de football, la première autorité de cette institution, Antonio Souaré, a pris une décision, qui au lieu de réjouir tout le monde, a plutôt suscité de la polémique.

Il s’agit d’une mesure d’amnistie générale proclamée en faveur d’anciens membres du comité exécutif sortant.


Ces anciens dirigeants du football guinéen, il faut le rappeler, ont été, soit  suspendus ou radiés de toutes les activités liées au football.

Suite à cette mesure décidée par l’actuel patron du football guinéen, la question qu’il faille se poser, est celle de la légalité des actes pris par Antonio Souaré dans sa gestion du football guinéen.

Pour Salifou Camara Super V, cette mesure d’amnistie est illégale, puisque ayant visé une sanction qui l’était tout autant.

L’ancien président de la Feguifoot, révèle qu’à l’époque déjà, il avait écrit à Antonio Souaré pour lui signifier qu’il ne lui revenait pas de le sanctionner.

À lire ci-dessous, les  documents se rapportant aux arguments développés ci-dessus :

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici