Suite à la signature de l’accord de prêt intervenue cette fin de semaine entre la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Etat guinéen, portant sur le financement d’une des composantes du projet d’interconnexion électrique Guinée-Mali, en l’occurrence Linsan-Fomi, l’amalgame demeure dans le reportage de certains journalistes et des publications de certains internautes, il y a lieu de préciser ce qui suit :

  1. Le Projet d’Interconnexion Electrique Guinée-Mali consiste en la construction d’une ligne de transport en 225 kV double terne, reliant les réseaux électriques de la Guinée et du Mali à travers les postes de N’Zérékoré (Guinée) et celui de Sanankoroba (Mali) sur une distance de 714 km dont 588 km sur le territoire guinéen avec la construction de 5 postes 225 kV/33kV dans les villes de Beyla, Kérouané, Kankan, Kouroussa (poste de Fomi) et Siguiri, ainsi que l’électrification de 121 localités riveraines à la ligne, le tout pour un coût de 333 millions de dollars US. Ce montant comporte des dons et des prêts de plusieurs bailleurs (FAD, BM, BIDC, BEI, UE).

L’objectif de ce projet est d’exporter près de 1000 GWh d’énergie de la Guinée vers le Mali ainsi que l’électrification des localités traversées. Les financements sont déjà bouclés et les travaux sont en cours.

2. La ligne de transport Linsan-Fomi, entièrement financée par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour un coût de 170 millions d’euros, dont la convention de financement a fait l’objet de signature ce vendredi 23 Avril 2021, est un projet qui a été intégré au projet Guinée-Mali et constitue une de ses composantes, précisément la composante B.

Cette ligne longue de 340 km reliera le poste de Linsan (Kindia) à celui de Fomi (Kouroussa) en passant par Dabola, en 225 kV double terne.

L’objectif de cette composante est d’une part, assurer l’intégration stable des réseaux électriques nationaux dans l’espace CEDEAO, pour faciliter les échanges et la commercialisation de l’énergie électrique entre les états voisins, et d’autre part, évacuer l’énergie produite par les centrales de Kaléta (240 MW), Souapiti (450 MW), Amaria (300 MW) et d’autres futures centrales.

Ainsi, la réalisation de cette ligne de transport permettra d’alimenter en énergie électrique les régions Est et Sud de la Guinée à partir des centrales suscitées et commercialiser l’excédent.

Ce qu’il faut retenir 

  • Initialement « Guinée-Mali » et « Linsan-Fomi » étaient deux projets distincts, mais aujourd’hui le deuxième a été intégré au premier et ils forment désormais un même projet dont la composante A est Guinée-Mali et la composante B, Linsan-Fomi.
  • Ce n’est pas la convention de financement de « Guinée-Mali » [333 millions de dollars ; 714 KM dont 588 sur le territoire guinéen] qui a été signée vendredi dernier, mais plutôt la composante B, « Linsan-Fomi » [170 millions d’euros pour 340 Km].  

Abdourahamane KEITA

Spécialiste en Stratégie de Développement et Planification

Energétique

Tél: 621 96 18 24