Selon nos confrères de guineenews, une mission du FMI conduite par Mme Georgia Albertin qui a séjourné en Guinée en fin avril jusqu’en mi-mai 2019 pour l’évaluation de la mise en œuvre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC), a constaté plusieurs fautes de gestion commises par le gouvernement guinéen. Des fautes qui risquent de mettre en difficulté la FEC.

Parmi des manquements, le FMI n’aurait pas trouvé les moindres traces des 90 millions de dollars que la société de téléphonie mobile Orange a payés pour la licence d’exploitation de la 4G. ‘‘Pourtant, la convention entre le gouvernement et Orange a été signée depuis le 14 mars dernier, et la société a commencé à exploiter la 4G’’, poursuit notre confrère.

Par ailleurs, ‘‘les traces de 60 millions de dollars au titre d’un prêt contracté en catimini en 2018 avec le Qatar n’ont pas été retrouvées sur les livres de la comptabilité publique’’ indique notre confrère citant ses sources.

Nous avons voulu nous mettre sur les traces de ces deux ‘‘manquements’’ en interrogeant des sources proches de ces dossiers. Il nous a été indiqué que Orange Guinée n’a payé que 45 millions de dollars par tranches de 15 millions de dollars. ‘‘Ces montants sont dans le compte de l’ARPT à la banque centrale ; c’est vérifiable’’, nous indique notre source non sans mentionner que la société de téléphonie s’est engagée de ‘‘payer le reste avant décembre 2019’’.

Quant aux 60 millions de dollars du Qatar, notre source indique que c’est un appui budgétaire qui est aussi traçable et non un prêt.

‘‘Un appui budgétaire est différent d’un prêt. Le premier sert à rééquilibrer le budget de l’Etat, ce sont des ressources supplémentaires pour l’Etat. Quant au prêt, il sert à financer des projets’’, nuance l’économiste Mamoudou Touré.

Que dire du programme de Facilité Elargie de Crédit concocté avec le FMI ? L’économiste estime qu’il est ‘‘possible qu’on s’écarte de la trajectoire compte tenu de nombreux problèmes dont les troubles sociaux politiques enregistrés il n’y a pas longtemps. Mais ce qui est fondamental, dans les relations, c’est la transparence. Nous devons mettre notre partenaire au courant de tout ce que nous faisons’’.

Le gouvernement guinéen a-t-il mis au courant le FMI du niveau de payement de la 4 G par Orange et de l’appui budgétaire du Qatar ? C’est toute la question à laquelle nous n’avons pour le moment pas trouvé de réponse.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici