Pour rendre la formalisation plus accessible aux acteurs du secteur informel, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, a procédé mercredi 28 juillet, à l’inauguration officielle du centre de gestion agréé de la commune de Dixinn, après l’inauguration de ceux de Matam, Ratoma et Matoto.

Cogérante de ce centre, M’ballou Nabé, a indiqué que « le CGA de Dixinn va constituer une structure spécialisée dans l’accompagnement des PME de la commune de Dixinn.  Les objectifs visés à travers l’action du CGA de Dixinn seront principalement de faire naître une plus grande motivation des entrepreneurs évoluant majoritairement dans l’informel par rapport à la bonne gestion et la tenue régulière d’une comptabilité crédible et transparente. Améliorer la gestion des PME, PMI et TPE adhérents et contribuer au développement de leur activité, promouvoir une culture comptable à travers le renforcement des compétences des dirigeants des PME, PMI et TPE », a-t-elle déclaré.

D’après le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, ces centres, « ont pour vocation essentielle de contribuer à l’organisation des petites et moyennes entreprises et des petites et moyennes industries. A cet égard, les CGA visent les objectifs spécifiques suivants : favoriser la bonne gestion des entreprises et la tenue de comptabilité transparente et rigoureuse, faciliter l’accès aux crédits et contribuer au développement des entreprises adhérentes,  renforcer le civisme fiscal et les compétences des dirigeants des PME et PMI ».

« Pour les CGA eux-mêmes, les droits d’enregistrement sur les statuts sont acquittés aux droits fixes de 100 000 fg au lieu de 1% du capital. Ensuite le versement forfaitaire sur les salaires et la taxe d’apprentissage sont exonérés pendant les trois premières années.  Ensuite, l’impôt sur les bénéfices est totalement exonéré pendant les trois premières années d’activité. Pour ce qui concerne les adhérents des CGA, ils bénéficient des avantages suivants, un abattement de l’impôt sur les bénéfices de 50% pour les premières années et 25% à partir de la 4ème année. Ensuite, une exonération de patente au titre de l’année d’adhésion et les autres années suivantes est accordée. Par ailleurs, les adhérents ont droit à une exonération du montant de l’impôt minimum forfaitaire (Imf) sur les trois premières années. Enfin une exonération du versement forfaitaire sur les salaires pendant les trois premières années est accordée », a-t-il listé en terme d’avantages accordés après la formalisation.

En plus, « je vous informe au passage que les discussions sont très avancées pour le lancement d’un cinquième CGA dans la commune de Kaloum au mois d’octobre prochain ».

Président la cérémonie, le ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la présidence, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, à l’attention des entrepreneurs a indiqué « vous avez fait le plus difficile, prendre l’initiative, mettre en place un investissement, réaliser un chiffre d’affaires dans la durée. La formalisation de vos entreprises et de nos industries par la mise en place d’une comptabilité certifiée, des relations transparentes et agréés avec l’administration fiscale, sont des étapes incontournables pour la poursuite de notre croissance et la durabilité de votre investissement. Encore une fois, ce sont des outils et non des contraintes, ce sont des leviers à votre disposition pour aller plus loin et pour faire plus ».

Quant à Elhaj Saliou Diallo, président de l’Association des petits et moyens commerçants, dans son message, il a encouragé les opérateurs à se « formaliser » et aux agents des impôts d’être plus « souples » avec les opérateurs qui décident de faire le passage de l’informel au formel.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com