Suite aux revendications de certains agents de la Fonction publique concernant leur prise en charge, le chef de cabinet du ministère de la Fonction publique, M. Mohamed Traoré, a donné ce mardi 20 septembre, lors d’un point de presse, des explications et des précisions.

Selon lui, ‘‘depuis une dizaine de jours, il y’a une campagne de dénigrement sur ma personne, en réalité il s’agit d’un groupe d’individus qui se disent engagés depuis 2005 jusque maintenant et qu’ils ne sont pas pris en charge, ils sont au nombre de 5 565’’.

Cependant il souligne que ‘‘rien ne sert de remuer les gens, rien ne sert de crier, parce que conformément aux instructions de l’autorité, une commission a été mise en place pour vérifier l’authenticité des diplômes et des arrêtés. Cette commission a  travaillé. Elle est en voie de présenter ce rapport. Donc c’est ce qui fait qu’aujourd’hui beaucoup sont en train de s’agiter pour cela, mais tous ceux qui savent qu’ils ont de bons arrêtés et de très bons diplômes sont tranquilles. Parce qu’ils savent que quand le travail sera fait et présenté, ils seront satisfaits’’.

Il précise que ‘‘cette commission me rend compte et moi aussi je rends compte aux autorités. Le travail qui m’a été confié je le ferais jusqu’au bout et je rendrais compte. Pour le premier travail déjà fait, nous avons rencontré énormément de faux diplômes et arrêtés et cela c’est grâce au fait que nous avons envoyé des agents d’université en université pour l’authentification de ces diplômes’’.

Il conclut ‘‘ceux qui rêvent d’une fonction publique avec de faux diplômes et arrêtés peuvent continuer à rêver, mais ça c’est terminé avec cette reforme entreprise par le ministre de la Fonction publique. Nous sommes là pour servir les citoyens et le travail ne s’arrêtera pas’’.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com