Depuis hier, le 8 mars, les veuves dont les maris sont décédés pour la plupart pendant la période de crise [2012/2014] de Friguia se sont installées aux différentes portes d’accès de l’usine. Elles revendiquent « l’assistance, les soins médicaux, la retraite, la pension, etc. ». Du coup, les travailleurs n’ont pu avoir accès à l’usine ce mardi. « Seuls les agents postés (ceux qui étaient là depuis hier) travaillent », nous indique notre source.

Il faut rappeler que les travailleurs de l’usine Friguia soufrent le martyr depuis la reprise en 2016. Ils ont été reversés dans une société d’intérim nonobstant leurs contrats d’avant crise avec Rusal.

Lire aussi :

Rusal/Friguia: La réhabilitation de l’usine a commencé, mais à quel prix?

Aziz Sylla pour guinee7.com