Le Colonel Claude Pivi, ex ministre en charge de la Sécurité présidentielle a répondu aux questions de la défense ce lundi, dans l’affaire des événements du 28 Septembre 2009.

En répondant aux questions de Me Antoine Pepe Lamah, l’un des avocats de Dadis, Grand Co a affirmé à propos de Toumba : « S’il a été capable de tirer sur un président, il sera capable de tirer sur la population aussi. »

Il dit a dit par ailleurs ne pas se souvenir de ce que Toumba a dit à Dadis à la Maison centrale. « Je ne me souviens pas. Parce que j’étais à distance. C’est lui qui est venu nous trouver à la véranda », a-t-il précisé.

Il a aussi démenti les propos de Toumba qui a soutenu avoir été à la base du pouvoir de Dadis. « Quand on cherchait la désignation, il n’était pas à côté de nous. En ce qui concerne la situation du pouvoir, ce n’était pas vrai ce qu’il a dit. Quand il m’a rencontré, il m’a dit grand maître, j’ai ma maman qui est malade, il faut que vous m’aidiez pour voir le capitaine Dadis. Je lui ai dit, vraiment si ta maman est malade, c’est notre maman, donc je vais essayer d’en parler au capitaine. C’est comme ça je l’ai pris, on est parti et je l’ai présenté au capitaine. Je lui ai dit voilà un de nos sportifs, mais franchement sa maman est vraiment malade. Vous devez le secourir. Et le président a dit qu’il n’y avait pas de problème, je vais essayer de faire mon possible. Puisque toute personne que vous me présentez, relevant de vous, il n’y a pas de problème. Et il a été secouru. C’est moi qui l’ai montré au capitaine, finalement, il m’a dévié », a-t-il regretté.

« Le commandant Toumba et le capitaine Marcel étaient les bébés hollandais du président finalement. Tout ce que moi je pouvais faire là-bas, c’était de jouer les rôles qui m’intéressaient. Mais c’est eux qui pilotaient tout ce qu’il fallait », a-t-il poursuivi.

Enfin, il a dit que les éléments incontrôlés du camp Alpha Yaya Diallo étaient sous l’ordre de Toumba. « C’était dans le cadre du régiment dirigé par le Commandant Toumba », a-t-il accusé.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com