Évaluations et recréations vives, sont les résultats d’un constat que nous avons effectué dans quelques écoles publiques de la commune de Matoto, suite à l’appel à la “grève continue” de Aboubacar Soumah du SLECG.

À l’école primaire de la Tannerie, le bruit indistinct des élèves récitant leurs tables de multiplication, nous accueille à plusieurs mètres de l’école. Ici, tout semble bien se passer.

Informé de notre envie de faire un constat, le directeur adjoint de l’établissement, Alseny Camara, dit ne même pas être “informé de l’appel à la grève du SLECG’’ de Aboubacar Soumah.

Avant de nous informer que : «Les salles de classes sont bourrées d’élèves. Sur les 18 salles, tous les enseignants sont présents. »

Ce que nous avons pu vérifier lors de la récréation, durant laquelle les enfants se sont empressés d’aller s’acheter à manger.

Par ailleurs à propos de la grande cour que nous avons trouvé cadencée, il a informé que c’est pour la protection des enfants au cas où d’autres personnes dans « certaines situations » viendraient les «agresser».

Dans les écoles, lycée Léopold Sedar Senghor et le collège Yaguine et Fodé, l’heure est aux évaluations.

Dans la premier établissement, le proviseur Elhaj Amara Bolato Keita, nous a lancé : «nous sommes en évaluation», sans plus de commentaires. Sortant de l’école, nous avons pu remarquer plusieurs élèves installées dans des salles de classes très silencieuses.

Par ailleurs dans le deuxième, le principal que nous avons rencontré devant son bureau, nous a demandé de “constater” de nous-mêmes, en nous montrant du doigt les élèves qui étaient en train de faire la récréation. Il a ensuite fait savoir qu’ils sont aussi en «évaluation» sans ajouter autre chose.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com