La capitale guinéenne est en ébullition depuis ce lundi matin. Toutes les communes sont affectées par des manifestations d’élèves, qui réclament le retour en classe de leurs enseignants. Ces derniers ont déclenché un mot d’ordre de grève il y’a une semaine sur l’ensemble du territoire national.

Le week-end dernier, quatre syndicalistes ont été mis aux arrêts dans les locaux du conseil économique et social. La présidente de cette institution qui a entrepris une démarche de conciliation, jure n’avoir aucune responsabilité dans ses arrestations.

Depuis 9h ce matin, les cinq communes ont enregistré des manifestations. À Lansanaya, Tombolia, et au marché de Matoto, dans la commune du même nom, des barricades ont été levé par les forces de l’ordre, selon un journaliste qui a pratiqué ce trajet.

À Gbessia (Matoto), Bonfi (Matam), kénien (Matam), Dixinn Bora et Belle vue (Dixinn) la situation reste critique selon un journaliste de notre rédaction qui a tenté en voiture de traverser tous ses endroits (entre 8h 30 et midi).

En outre, un journaliste de Nostalgie a signalé des affrontements entre forces de l’ordre et certains élèves du lycée Yaguine et Fodé et du collège Yimbaya de Matoto, au domicile du ministre de l’enseignement pré-universitaire Ibrahima Kalil Konaté.

La situation s’est calmée par endroit, mais rien ne présage une situation sous contrôle.

Alpha Mady pour Guinee7.com

Publicités

2 Commentaires

  1. je voudrais que l’État organise ces deux groupes de sleg pour qu’il ait une seule représentation du SLEG pour un intérêt commun des enseignants guinée qui sont déjà divisés, puis d’engager un dialogue franc et sincère.

  2. Je demande le grouvernement et les syndicalystes trouver un interêt commun des enfants pour sauvegarder leur avenir car les enfants des pauvres qui souvrent dans pays et pour bos sont dans les grandes ecole de l’autres pays du monde. Alors je vous pris vouloir regarder cette situation de nos enfants mes très chers de tous les deux côtés.

Laisser un commentaire