KPC (à gauche) et Lincoln

Guicopres, l’entreprise du magnat guinéen des BTP, Kerfalla Person Camara alias KPC, décide de se séparer de la société de gardiennage, Guinée Sécurité de Ibrahima Lincoln Sylla, jusque-là, son protégé.

Un courrier adressé au PDG de Guinée Sécurité, justifierait la résiliation des contrats de Guicopres, de toutes ses filiales et de la Fondation KPC, pour des raisons de ‘‘conjoncture économique’’.

Le site Conakryinfos citant plusieurs sources estime que la cause de la rupture entre KPC et Lincoln n’aurait aucune explication professionnelle.

Cependant une source proche de Guicopres nous indique qu’il n’y a pas une autre cause que professionnelle. ‘‘il est vrai que le PDG avait beaucoup d’estime pour Lincoln qu’il a supporté, a aidé à mettre en place son entreprise ; et surtout lui a créé des postes de gardiennage pour lui faire plaisir, pour l’aider. Sinon de nombreux cas de vols ont été constatés dans les endroits gardés par Guinée Sécurité sans que cela ne nuise aux contrats. Mais je crois que le PDG n’en peut plus’’, argumente notre source.

A Guinée Sécurité, on réfute toutes les accusations et on dit avoir travaillé avec professionnalisme.  

Guicopres, selon un responsable, change de méthode en recrutant désormais des gardiens temporaires selon les besoins des projets.

Quid des arriérés que doit Guicopres à Guinée Sécurité ? ‘‘Le solde de tout compte sera payé à Guinée Sécurité ce mercredi, plus tard demain jeudi, par voie d’huissier’’, nous précise-t-on.

Ce solde, selon nos informations, serait de l’ordre de 700 millions GNF.

La rupture des contrats entre le groupe Guicopres et Guinée Sécurité diminuerait le chiffre d’affaires de celle-ci de plus d’1 milliard 400 millions GNF. Un gap difficile à combler.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com    

Publicités