L’attribution des blocs 1 et 2 du Simandou (Nord) a provoqué une onde de choc chez les majors du secteur minier au moment où le secteur du fer est en pleine ébullition.

Ces derniers mois, portée par les prévisions de hausse de la demande en Europe (+11% prévu en 2021) et en Chine (5,3% pour atteindre près de 360 millions de tonnes au cours de 4 premiers mois), la tonne de fer qui est passé à moins de 42 dollars USD la tonne en 2016 se négocie depuis avril 2021 à plus de 185 USD la tonne.

Cette effervescence ne laisse guère indifférents les potentiels concurrents de SMB-Winning, principalement dans la perspective de l’exploitation des blocs 1 et 2 du Simandou.

Selon nos sources, au cours des prochaines semaines, plusieurs rumeurs et autre informations négatives sur le consortium pourraient être distillées à dessein dans la presse occidentale dans l’objectif de créer des entraves au projet, voire le discréditer.

Au ministère des Mines, on communique très peu sur le projet ; les autorités veulent surtout accélérer la cadence des travaux en cours. SMB-Winning a initié en mars les travaux visant à ouvrir un tunnel de 11,6 km à Madina Oula.

Avec un potentiel de plusieurs milliards de tonnes de fer de haute qualité (plus de 65%), l’exploitation du gisement du Simandou pourrait perturber les calculs des principaux opérateurs du secteur.

Westaf Mining (https://www.westaf-edit.com)