Les réformes engagées pour l’amélioration du cadre de travail de l’administration fiscale continuent. Ce mercredi 21 juin, au total 150 cadres relevant de la direction nationale des impôts ont été mis à l’école de la rédaction du manuel de procédures internes.

Cette formation qui met en évidence un des points évoqués lors des états généreux des impôts, permettra aux récipiendaires de pouvoir se passer des manuels préétablis en vue de rendre plus efficace l’organisation interne de la direction nationale des impôts.

Le directeur national des impôts, Aboubacar Makhissa Camara rappelle que ‘‘lors de notre passage à Fria pendant les états généraux, on a posé les diagnostics et identifié les problèmes qui assaillent notre administration fiscale et on s’est rendu compte que dans ce package, il y a aussi la nécessité de réaliser les manuels de procédures pour permettre à chaque agent de savoir réellement qu’elles sont ses tâches. Pour une administration comme des impôts qui constitue l’épicentre de mobilisation active de recettes, nous devons savoir qu’elle est notre rôle dans le système économique et quel rôle chaque agent doit jouer pour permettre aux contribuables de nous faire confiance mais aussi établir un partenariat fécond entre nous’’.

Auparavant ‘‘les erreurs qu’on a produites, c’était de produire un manuel qui n’était approprié aux utilisateurs eux-mêmes’’ regrette Martine Tmouet, avant de préciser que ‘‘les thématiques du contrôle interne sont extrêmement simples, on pend l’intégralité des procédures fiscales qui doivent être appliquées, on les regarde comment on les intègre, on les met en œuvre. Donc la thématique, c’est de renforcer concrètement la manière dont les travaux sont conduits pour rentrer conformément au budget, le maximum de recettes fiscales attendues’’.

Néanmoins, la méthode privilégiée durant les trois jours d’échanges est le brainstorming, afin de pousser les participants à élaborer eux-mêmes leur manuel de contrôle interne.

‘‘En les appliquant ils ne pourront pas dire au directeur que cet outil n’est pas utile puisqu’on les a invités à travailler cet outil qui est donc pour eux une véritable formation. Regardez comment ils travaillent, ce qu’ils font s’ils ne peuvent pas le faire de manière plus efficace’’, a-t-elle ajouté.

Dans son discours, Nagnouma Faro, chef de cabinet du ministère du Budget, a de son côté rappelé que ‘‘la formation est une activité qui devrait être permanente pour une administration. Dans un monde en perpétuelle mutation, il faut toujours se remettre à jour et c’est cela la formation. Quant au séminaire d’aujourd’hui, il va sans dire que lorsqu’on accepte de gérer on doit accepter d’être contrôlé. Et pour ma part l’autocontrôle, c’est-à-dire le contrôle interne est le plus important puisqu’il permet de déceler soi-même ses faiblesses, ses problèmes et trouver des solutions avant que des contrôleurs extérieurs n’arrivent. Donc, je pense que ce séminaire arrive à point nommé et je voudrais que vous vous inscriviez dans votre dynamique habituelle pour bien suivre les enseignements que vous allez recevoir pour être les solutions de vos propres préoccupations’’, leur a-t-elle dit avant de déclarer ouvert ledit séminaire au nom du ministre du budget.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire