Le tribunal de travail qui a siégé, ce vendredi 14 février 2020, au tribunal de première instance de Mafanco, a rendu son verdict dans le dossier qui oppose les journalistes licenciés du groupe de presse Evasion Guinée et le PDG de la même entreprise. Les licenciés ont été déboutés par le tribunal.

Dans le verdict, sur la forme, le tribunal a reçu la constitution de partie civile des plaignants et sur le fond, le juge a déclaré mal fondé la plainte. Parce que selon lui, ‘‘les journalistes ne sont pas liés par un contrat avec le groupe Evasion, ils travaillent en tant que journalistes indépendants’’.

Dès après la sentence, l’avocat de la partie civile a annoncé qu’il fera appel de la décision. “Certains d’entre eux ont travaillé pendant cinq ans pour Évasion Guinée, d’autres huit ans et ils ont été licenciés. Comment peut-on licencier quelqu’un qui n’est pas employé ? C’est du jamais vu. Donc, nous relevons appel sur le champ contre cette décision que nous trouvons injuste. Ces journalistes-là ont œuvré pendant de longues années, ils ont été jetés comme des malpropres. Nous estimons que le droit n’a été rendu. Nous irons jusqu’à la cour suprême s’il le faut pour défendre ces pauvres journalistes qui constituent le quatrième pouvoir comme on le dit. Mais qui, aujourd’hui, constituent une corporation à travail précaire…”, a dit Me Thierno Souleymane Barry.

Et de poursuivre : “C’est pas des journalistes indépendants, ils avaient un salaire. Le contrat de travail n’est pas qu’écrit. Et le dernier acte vous allez vous-même voir c’est écrit là-bas licenciement pour cause économique. Peut-on licencier quelqu’un qui n’est pas employé ? C’est incongru, donc nous sommes déterminés. Nous allons jusqu’au bout pour la défense de ces jeunes comme on l’a fait pour d’autres en pareille circonstance.”

Il faut signaler que ni le PDG du groupe en question encore moins son avocat n’étaient présents au tribunal, ce vendredi pour la sentence en première instance.

Pour rappel, ils sont au total 16 journalistes qui ont été renvoyés, le mercredi 10 juillet dernier, du Groupe Evasion Guinée. Suite à cela, ils ont décidé d’ester en justice le PDG du groupe, Moussa Traoré pour que ce dernier respecte le droit de licenciement et le payement des arriérés de salaire en faveur de certains d’entre eux.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités