Aucun journal publié, silence ou musique seule à l’antenne, photo d’El Hadj Mohamed Diallo à l’écran et sur les pages d’accueil de sites d’information: mardi en Guinée, les médias ont respecté le mot d’ordre de “journée sans presse” en mémoire de Elhadj Mohamed Diallo, journaliste du site guinee7.com, tué vendredi dernier au siège de l’UFDG.

Ce refus de publier et d’émettre observé par les organes publics et privés, sans précédent dans le pays, fait suite à un appel commun de cinq associations de la presse, qui ont demandé à “tous les médias guinéens d’observer une journée sans presse” mardi jusqu’à 22h00 pour le journaliste défunt.

Selon un journaliste de l’AFP, la même image était visible mardi sur les pages d’accueil des sites d’information et à l’écran des diverses chaînes de télévision du pays : une photo de Diallo souriant, sur fond noir, au-dessus d’un texte sur quatre lignes, “Mardi 9 février 2016. Journée sans presse en Guinée. Justice pour El Hadj Mohamed Diallo”.

Sur les radios locales, les programmes habituels avaient cédé la place au silence total ou à de la musique apaisante en continu. Les rayons des kiosques à journaux étaient vides.

De mémoire de Guinéen, c’est la première fois que la presse locale dans son ensemble respecte un tel mot d’ordre.

“Cette journée est très significative pour l’ensemble des médias guinéens qui se sont sacrifiés, renonçant à beaucoup d’avantages pour l’organiser. Nous espérons qu’elle va attirer l’attention des autorités guinéennes sur les conditions de travail des journalistes dans ce pays depuis un certain temps”, a déclaré à l’AFP Nouhou Baldé, administrateur du site Guinée-Matin, un des plus consultés.

Pour Saliou Samb, correspondant local de l’agence Reuters, « cette journée sans presse est une parfaite réussite ».

Une information judiciaire “contre X pour homicide volontaire” a été ouverte peu après le décès d’El Hadj Mohamed Diallo. Lundi, les journalistes ont marché à Conakry pour réclamer des poursuites contre les auteurs de sa mort. Le ministre guinéen de la Justice Cheick Sako leur a assuré que “ce crime ne restera pas impuni”.

Avec l’AFP