Pendant le déroulement de l’examen d’entrée en 7e année, nous vous annoncions une affaire de corruption présumée, reprochée à des enseignants dans la circonscription de Tintioulen, située à 22 kilomètres de la préfecture de Kankan. De nombreux parents d’élèves se plaignent de s’être vus soutirés de l’argent dans le but d’aider leurs enfants à être admis.

Ce mardi 25 août 2020, le directeur préfectoral de l’éducation de Kankan, brise le silence.
Il était attendu depuis trois semaines, car des parents disent avoir payé 300.000 FG, comme gage d’admission pour leurs enfants. Le premier responsable de l’éducation de la préfecture de Kankan Morlaye Condé, était en supervision du côté de Kerouané. Après son retour, il annonce des décisions.

“Dans la sous-préfecture de Tintioulen, il y’a eu des tentatives de corruption, on aime dire souvent que l’intention vaut l’action. C’est un enseignant et ses deux complices qui ont tenté, mais ils n’ont pas réussi. En réalité à Kankan centre, il n’y a pas de corruption. Nous ne sommes pas là pour des magouilles et si c’était le cas, on allait faire 100%, mais tel n’est pas le cas chez moi c’est le travail et la rigueur.”

Plus loin, Morlaye Condé rassure : “C’est l’examen qui nous préoccupe maintenant là, après les examens nationaux, les intéressés  (l’enseignant et deux de ses complices) seront sanctionnés, si ces gens là ont pris l’argent, ils sont à condamner et s’ils ont eu l’intention de prendre, mais c’est cet acte que nous nous condamnons. Le fait d’avoir l’intention c’est un délit, ce qui mérite d’être condamné sévèrement. Donc après les examens, l’enseignant et ses deux complices seront sanctionnés conformément à la loi.”

De Kankan, Moussa Konaté pour Guinee7.com