La carrière de Koliady 1, située dans la commune urbaine de Kindia, est fortement entourée par des habitations. Certains citoyens ont poussé l’audace jusqu’à construire à quelques mètres de la zone interdite, malgré les dangers liés à cet endroit. Les éboulements y sont fréquents, les travailleurs ne sont pas à l’abri et les autorités peinent à réagir.

Koliady1, l’un des 33 quartiers de Kindia, autrefois favorable à l’agriculture, a de nos jours totalement perdu sa valeur d’antan, à cause de sa transformation en une carrière. Cette situation inquiète Fodé Sory Bangoura, chef de quartier: “La carrière qui se trouve dans notre quartier n’a aucune importance pour nous. Ce n’est pas un domaine de l’État. Pour la petite histoire; ce sont des terres des gens, mais lorsqu’ils cherchaient à y construire, ils ont découvert le sable; c’est ce qui a transformé le lieu en carrière. Les creuseurs travaillent en contre-partie avec les propriétaires de ces terres. Les gens y meurent trop. Même tout récemment, il y a eu un cas de mort, cela ne date pas de trois mois. Les creuseurs travaillent avec la main; ils ne sont pas à l’abri. C’est ce qui fait qu’il y a tant de pertes en vies humaines par éboulements. Le peu qu’ils gagnent, c’est dans ça ils donnent une partie, qui est partagée entre le quartier et la commune. Même ceux qui ont construit là bas sont dans le remords actuellement. La carrière nous fatigue; et à cause d’elle, nous avons perdu tous nos champs, qui nous donnaient des légumes de qualité. Même ceux de Conakry connaissent là où on appelle Boussoura, à Kindia. Mais la carrière a tout gâté. Nous avons dit aux gens de ne pas y construire, parce que c’est dangereux”, a  t il regretté.

Joseph Bangoura pour guinee7. com

628388493

Publicités

Laisser un commentaire