Depuis quelques temps, l’alliance patriotique dirigée par l’honorable Mamadou Sylla, président du parti UDG et chef de file de l’opposition, demande le départ de la CENI des commissaires issus des partis politiques non membres du parlement. Face à cette demande, le porte-parole de l’institution en charge d’organiser les élections en république de Guinée, Mamadi 3 Kaba a, au cours d’une récente sortie apporté des précisions.

« Une recomposition de la CENI telle que souhaitée, ne peut se faire que suivant d’autres procédés différents de celui qui est défini dans la loi organique 044 ». Prenant la parole, ce commissaire de la CENI a d’abord rappelé que : « nonobstant l’adoption de la nouvelle constitution, il faut noter que la CENI est régie par la loi organique 044. C’est elle qui définit la composition, les attributions, le fonctionnement de l’institution. L’institution est composée de 17 membres dont 7 viennent des partis politiques de la majorité présidentielle, 7 autres viennent des partis politiques de l’opposition, 2 viennent des organisations de la société civile et 1 qui vient de l’administration ».

« Alors pour ce qui concerne les partis politiques (majorité présidentielle et opposition), poursuit-il, il y a des conditions qui sont posées. L’une de ces conditions, c’est la participation de ces entités politiques aux deux dernières élections nationales ayant précédé la mise en place ou la composition de la CENI. C’est aussi, que chacun de ces partis doit avoir deux députés à l’assemblée nationale. Mais le tout, c’est que, dès lors qu’on est commissaire de la CENI, on n’y arrive pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ». 

« C’est autant dire que dès la désignation qui est faite par l’entité et qu’un décret confirme cette désignation, on devient commissaire de la CENI et non commissaire d’une quelle conque entité et cela pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. C’est donc pour dire que nonobstant l’adoption d’une nouvelle constitution, une recomposition de la CENI avant l’expiration de ce mandat, ne peut se faire que sur la base d’un autre procédé différent de celui qui est défini dans la loi organique 044 » a-t-il ajouté. 

Pour terminer, Mamadi 3 Kaba déclare : « …il faut dire qu’une recomposition de la CENI telle que souhaitée, ne peut se faire que suivant d’autres procédés que je ne peux pas définir. Ça ne peut être que des démarches politique et politicienne ». 

Mohamed Soumah pour Guinee7.com