Une sextape mettant en scène Baidy Aribot a fait le tour des réseaux sociaux ces deux derniers jours. Et comme par malheur, il a été débarqué de son poste de deuxième vice-gouverneur de la BCRG, la nuit dernière.  Une façon on ne peut plus cruelle de remuer le couteau dans sa plaie. On sait que le malheur ne vient jamais seul, a-t-on coutume de dire, mais on lui aurait épargné ce malheur-ci pour ne pas idéaliser l’acte dont il a été victime.

Qu’on se le tienne pour dit, Baidy est une victime. Victime de la lâcheté d’une partenaire qui lui a volé une photo indécente, violé son intimité. Et qui, normalement s’expose à la sévérité de la loi en faisant fuir cette vidéo obscène.

On ne fait pas passer à l’échafaud une victime. C’est pourquoi il n’était pas approprié de le débarquer maintenant.

Mais aussi et surtout pour ne pas le laisser passer pour  coupable. Et donner du coup raison à la vraie coupable, à celle qui, contre toutes les règles l’a vendu. En un mot ou en mille, faire de la victime le bourreau.

En sportif, le désormais ancien vice-gouverneur de la BCRG sur sa page facebook, a dit sa vision de tout ce qui lui est arrivé ces derniers jours.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com