L’offensive médiatique tous azimuts que les leaders politiques de l’opposition guinéenne ont menée ces dernières semaines aurait pu être mise à profit pour amener les opinions publiques étrangères à être sensibles à leurs messages. Mais il semble bien que leurs jérémiades n’auront réussi qu’à leur attirer davantage le mépris de ce côté. A bien analyser les interviews et autres conférences auxquelles Cellou, Sidya et Kouyaté ont participé, l’on est bien obligé de se rendre à l’évidence qu’ils ont eu tout faux. Même les journalistes qui les ont reçus ont fini par constater la légèreté de leurs argumentaires. Comment prendre au sérieux des individus qui mettent en avant leurs intérêts avant ceux du peuple ? Comme des enfants gâtés, ils sont (encore) venus se plaindre à Paris. Selon eux, c’est la meilleure des places pour traiter des questions guinéennes ! Les Guinéens apprécieront. Et que reprochent-ils au pouvoir en place en Guinée ? Le fait de s’en tenir au chronogramme fixé par la Ceni pour organiser les élections. C’est le comble ! Ils (ces opposants perdus) veulent que les choses se fassent exactement comme ils le souhaitent. Pour qui se prennent-ils ? Ont-ils la majorité pour exiger une quelconque façon de faire les choses ?

S’étant rendus compte de leur méprise (pour ne pas dire leur bêtise), ils ont rappliqué sur Conakry. Tout honteux. Leur stratagème ayant échoué, ils viennent maintenant préparer leurs ‘’fous’’ à prendre les rues pour créer des troubles. Mais, si leur plan a été compris en France par les médias et l’opinion publique de ce pays, ce n’est pas en Guinée qu’il ne le sera pas.

Jean Cérien