Après l’incendie du siège du tribunal de première instance de Labé, le 13 Janvier dernier, les détenus à la maison centrale qui attendaient un jugement ne savaient plus à quels saints se vouer, faute de procès. Deux mois après, les audiences ont repris ce lundi 16 mars 2020.

C’est le bâtiment qui servait de résidence au procureur de la république, situé dans l’enceinte du TPI, qui sert désormais de siège au tribunal de Labé. Les chambres sont transformées en bureaux et le salon sert de salle d’audiences. Si plusieurs personnes s’attendaient à la reprise des procès par les dossiers des personnes arrêtées lors des récentes manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), le TPI de Labé, a repris les procès avec plusieurs affaires courantes sous une haute surveillance sécuritaire.

Faut-il rappeler qu’après l’incendie des locaux du TPI, les autorités communales de Labé avaient proposé plusieurs locaux au tribunal afin de décrisper un peu la situation qui commençait  à être dure pour les citoyens dans l’obtention de certains documents juridiques. Mais toutes les propositions du conseil communal, avaient été rejetées par le TPI de Labé qui évoquait des raisons de stratégie.

A date, le FNDC dénonce la détention arbitraire de plusieurs de ses militants, qui attendent toujours, à la maison centrale de Labé, un jugement. Il y a quelques jours, l’antenne locale du FNDC avait annoncé avoir commis un avocat pour la défense de ses militants détenus. Pour le jugement des personnes détenues en lien avec les manifestations du FNDC, le parquet n’a encore annoncé aucune date.

Sam Samoura pour Guinee7.com