Un taxi sur la ligne de l'intérieur (archives)

C’est un secret de polichinelle, les coupeurs de route règnent en maitres absolus sur les différentes routes nationales. Ces derniers temps, les attaques sur la route nationale N° 1 Conakry-Labé sont récurrentes. Rien que pour le début de l’année 2021, on dénombre plus de cinq attaques successives sur quasiment la même zone ; Mamou-Kindia. Le dernier cas s’est produit dans la nuit de mardi à mercredi dernier. Un taxi en provenance de Labé a été attaqué entre Débelé et Friguiagbé. Sur les circonstances de cette énième attaque, un des passagers qui a joint notre rédaction au téléphone, dénonce une complicité : « Nous avons bougé à Labé le mardi à 20heures, le chauffeur a dit que compte tenu des attaques qui sont récurrentes, maintenant, qu’on voyage en convoi. Ainsi trois taxis ont pris le départ ensemble ; on se suivait jusqu’à Kolontin. Arrivés là-bas, lorsque je me suis réveillé, j’ai demandé au chauffeur, où sont les deux autres taxis ? Il m’a répondu, qu’il les a laissés derrière. Maintenant devant entre Débelé et Friguiagbé, nous avons trouvé des individus, au nombre de six sur trois motos. Ils ont sorti des armes et ont demandé au chauffeur de s’arrêter, celui-ci a obtempéré. L’un d’entre eux a pris le véhicule et est rentré dans la brousse, ils ont fait descendre tous les passagers et nous ont dépouillés de nos biens (argent et téléphones NDLR). Dans le groupe c’est moi qui avais la plus grande somme d’argent 850 euros et moins d’un millions de francs guinéens. Les autres passagers c’était, 1 millions et 2 millions. Les braqueurs n’étaient pas satisfaits. Ils ont demandé le nom du chauffeur, celui-ci a dit son nom, directement ils l’ont demandé mais où est maitre Ibrahima ? Il a dit que celui-ci était derrière. Les braqueurs ont dit que c’est dans le véhicule de ce dernier qu’il y a une grosse somme d’argent, qu’ils se sont trompés de véhicule. C’est à partir de là que je me suis dis, que ces braqueurs ont des complices. Soit à la gare routière, ils ont des taupes ou les chauffeurs eux-mêmes. Ce qui est extrêmement grave. Après l’attaque qu’on a essuyée, un autre véhicule a été attaqué après nous », nous a confié Oumar Fofana.

Plusieurs usagers de la route se posent la question de savoir l’utilité des brigades mobiles de Gendarmerie le long des routes.

A signaler que malgré les attaques répétitives, et malgré les moyens à la disposition des citoyens pour sécuriser leur argent, certains prennent toujours le risque sur eux de se promener avec de grosses sommes d’argent.

Sam Samoura pour Guinee7.com