Sadou Keita et Mory Sangaré

 

Sadou Keïta, le gouverneur de Labé aurait été accusé chez le chef de l’Etat de jouer le jeu de l’opposition à Labé par Mory Sangaré, l’inspecteur régional de l’Education de Labé, par ailleurs secrétaire fédéral du RPG Arc-en-ciel, parti au pouvoir, de Pita (36 km de Labé). Le gouverneur  confirme l’information avant de revenir dessus avec des nuances dans une émission d’une radio locale. Rappel des faits.

En début de semaine, une source digne de foi nous rapporte que Mory Sangaré, inspecteur régional de l’éducation de Labé serait parti rapporter dans les couloirs de Sekhoutoureya que  le gouverneur de Labé, Sadou Keita, joue le jeu de l’opposition dans la région au lieu de soutenir les actions du parti au pouvoir(le RPG arc-en-ciel). La même source indique que les deux ont vite été convoqués à la présidence  pour se justifier.

Nous avons cherché à recouper l’information avec les  concernés, le premier joint au téléphone le gouverneur de Labé, Sadou Keita, à qui nous avons demandé d’infirmer ou confirmer l’information, répond par téléphone : « (éclats de rire) ehh tertè dhoun, tertè* (laissez tomber, laissez) c’est dit, c’est fait. Mais c’est un peu trop léger quoi, on a réglé ça en 30 minutes. Le patron (le président de la République, NDLR) même est convaincu que je suis son meilleur ami dans la région. Bon, c’est comme ça, c’est des détails de la vie. »

Dans son explication il donne l’impression que Mory Sangaré l’a rapporté dans l’espoir d’avoir un autre poste plus haut placé : «Kono wombhè anda no dhabbhira pilaci (certains ne savent pas comment chercher un poste de responsabilité), c’est ça le problème. Ce qui s’est passé est extrêmement grave, c’est vrai. Si on n’avait pas un chef très réfléchi, il allait prendre l’acte avant de demander qu’est-ce qui est vrai ou faux dans ce qui a été raconté. Mais heureusement le patron (président) c’est pas ce que tu lui dis qu’il le fera réagir immédiatement.

C’est effectif mais vraiment laissez tomber. Moi je veux même pas en parler, en toute chose c’est  Dieu, il fallait être là-bas et vivre le scenario, c’était humiliant. »

Dès après le gouverneur, nous avons joint l’inspecteur régional de l’Education, de nature très hostile à la presse notamment privée, sur la même question posée au gouverneur, il répond: « mais vous pouvez voir le gouverneur ; vous dites que le problème c’est entre moi et le gouverneur, moi le gouverneur c’est mon chef, au lieu de commencer par moi, commencez par mon chef. En tout cas moi je suis pas informé, je suis allé à Conakry pour présenter les condoléances au président pour le décès de sa sœur, c’est pour ça je suis allé, voilà. »

Dans la matinée du jeudi 8 janvier, nous sommes reçus par l’inspecteur régional de l’éducation à son bureau. A notre question, il répond par une série de questions: « vous voulez que je dise quoi encore ?, vous voulez rentrer dans une affaire de famille ? »

Après notre insistance, il répond: «Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, d’ailleurs le gouverneur c’est mon chef, lui peut parler sur moi mais moi jamais, y a ceux qui nous suivent au sommet de l’Etat c’est nos chefs à nous tous. Si on vous dit que c’est vrai et on a réglé en famille en 30 minutes, ça veut dire que c’est familial. Je ne vois pas les rasions d’en faire de commentaires. »

Dans l’après-midi du même jeudi dans une émission de grande écoute sur Radio Espace fouta ‘’HALLEN FOPP’’ (dire tout, en pular) le sujet a été abordé par les animateurs de l’émission où toutes les sources ont été citées pour rendre crédible le débat. Du coup, le gouverneur  Sadou keita a demandé à intervenir pour « faire des précisons afin d’éclairer l’opinion », dit-il. Reçu dans la 2ème partie de l’émission, au studio, il dément les informations qu’il nous a données et dont nous tenons les enregistrements : « Ecoutez-moi bien, moi je n’ai pas dit que j’ai un problème ceci ou cela. Ce que le journaliste m’a demandé, il dit qu’il a appris que  quelqu’un a écrit un rapport contre moi à sekhoutoureya, je lui ai répondu même si c’est vrai je n’en fait pas de commentaires. Savoir maintenant que le président de la République a dit beaucoup de choses en ma faveur, moi je n’ai pas vu le président au décès de sa sœur. Je souhaite que les journalistes commentent les informations qu’ils ont reçues sans me citer. Quand vous dites, le gouverneur, dans vos commentaires, vous me mettez en mal avec les autres. Je n’ai pas dit que l’information est fausse, mais ce que je souhaite avec ce problème n’en faites pas de commentaires. Parce que c’est un problème intra famille. De toute façon, s’il y a eu problème c’est dans la famille.

Même ce matin j’étais avec Mory Sangaré pour un programme d’animation, vous avez parlé d’immixtion du RPG dans l’administration qui bloque les actions. Mais ce n’est pas un problème entre un de mes chefs de service et moi qui peut bloquer le développement de la région. Vous pouvez faire de commentaires sur des choses qui méritent d’être commentées. Mais ce qui s’est passé c’est familial je vous ai dit, laissez-nous on va gérer entre nous et trouver une solution. »

Sadou Keita insiste en ces termes : « Encore une fois je vous demande de ne pas faire de commentaires autour de ce problème, si tout ce qui arrive dans une famille se raconte dehors, c’est pas bon. Me mettre en mal avec le RPG, ou autres ça c’est hors de question. Le travail que je fais c’est entre moi et Dieu, même le RPG est conscient si ce que je fais est correct ou pas, les citoyens de Labé sont également conscients de ce que je suis en train de faire. Surtout, ne prenez pas pour une source d’information. »

                                                                                     Alpha Ousmane BAH