Les aviculteurs de Labé traversent une période très  difficile actuellement. Depuis quelques semaines, ce sont des milliers de poules pondeuses qui meurent dans plusieurs fermes avicoles. A la date du 6 aout 2021, ce sont plus de 28 mille poules pondeuses qui sont mortes pour une valeur estimée à près de cinq milliards de francs guinéens, rapporte le correspondant de Guinee7.com

Pour l’heure, les raisons de la mort massive des poules pondeuses dans les fermes sont encore méconnues et  chez les fermiers c’est l’angoisse totale.

Vu la gravité de la maladie qui décime les poules dans les différentes fermes, les fermiers se sont réunis en collectif et ont interpellé les autorités administratives locales sur le danger qui plane sur leur activité. C’est dans cette optique, que dans la journée de ce samedi 7 aout 2021, que le gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané, accompagné du député uninominal de Labé, Honorable Thierno Aliou Mosquée Diallo, est allé visiter certaines fermes. En faveur de cette visite, le porte-parole de la coordination des éleveurs de poussins a fait l’état des lieux. « Présentement, il y a 17 fermes qui ont été recensées, mais il y a d’autres fermes qui n’ont pas pour le moment accepté de déclarer les pertes qu’elles ont subies. A la date du vendredi 6 Aout, nous avons enregistré 28 400 poules qui sont mortes. A l’heure qu’il fait chaque jour ce sont des centaines de poules qui meurent. Donc à l’allure où vont les choses, dans les prochains jours nos fermes seront vides. Actuellement, nous avons évalué les pertes subies à quatre milliards huit cents quarante millions de francs guinéens mais encore une fois, ça c’est à la date du vendredi 6 Aout 2021. Comme vous le constatez, chaque jour, nous enregistrons de nouvelles pertes. Donc nous vous prions de bien vouloir transmettre au gouvernement guinéen cette actualité. Beaucoup d’entre nous prennent des prêts dans les banques et les micros finances et là, nous sommes dos au mur. Dans ces fermes, nous travaillons avec des vétérinaires, ils ont donné tous les médicaments qu’on avait l’habitude d’utiliser mais ça n’a pas marché », a déclaré Elhadj Sadio Diallo.

Siradio Diallo, a enregistré mille poules mortes dans sa ferme pour lui, ce n’est pas une maladie qui ravage les fermes, il pointe du doigt la qualité des poussins. « Moi je suis plus que convaincu que ce n’est pas une maladie qui tue nos poules. Les vétérinaires ne nous ont pas dit que c’est une maladie. C’est au niveau de la couveuse qui a produit les poussins, l’erreur provient de là-bas, à Kindia. Toutes ces victimes que vous voyez ici présents, ont importé leurs poussins de Kindia. Les poussins que nous avions l’habitude d’importer de l’Europe n’ont pas eu ce problème-là. Pour les poussins que nous importons de l’Europe, s’ils tombent malades, dès que les vétérinaires donnent les médicaments, les poules se relèvent aussitôt et continuent à pondre. Mais avec ces poussins de Kindia, ils ont tout fait ça n’a pas marché. Nous nous concertons actuellement et nous les victimes nous comptons porter plainte contre le fournisseur qui nous a donné de la mauvaise qualité. Nous ne pouvons pas à nous seuls endosser toutes ces pertes », nous a-t-il dit

Le gouverneur de la région, Elhadj Madifing Diané a promis de remonter l’information de manière urgente au gouvernement. « C’était avec beaucoup de peines que j’ai constaté ce qui se passe dans les fermes actuellement à Labé. Je n’aurai pas de mots pour vous consoler, seulement pour vous encourager. Soyez rassurés que vous ne serez pas abandonnés dans cette situation difficile. Je demanderai respectueusement au ministre de l’élevage de dépêcher sans délai, des vétérinaires de qualité pour venir examiner cette situation qui est préoccupante et face à laquelle, les fermiers sont en déroute et les vétérinaires qui sont sur place, n’ont pas de réponses».

Pour le moment, toutes nos tentatives de joindre la société fournisseur de poussins basée à Kindia sont restées infructueuses.

Par ailleurs les fermiers désespérés, dénoncent le fait d’être abandonnés par l’inspecteur régional de l’élevage de Labé.

A préciser aussi que les fermiers s’abstiennent de livrer ces poules aux citoyens pour leur consommation car ne connaissant pas la maladie qui les tue ; mais aussi, parce qu’elles n’ont pas atteint l’âge d’être consommées.

Sam Samoura pour Guinee7.com