Me Cheick Sacko, principal négociateur

La mission gouvernementale chargée de rapprocher  les différentes parties  autour d’une table de dialogue a rencontré la mouvance présidentielle, samedi 6 juin ce, après avoir rencontré l’opposition la veille. La rencontre avec la mouvance s’est tenue au quartier général du RPG-arc-en-ciel.

Cheick Sacko, le ministre de la Justice a indiqué que le dialogue pourrait commencer dans la semaine du 15 de ce mois de juin. D’ici là le gouvernement, dit-il, va s’atteler à la préparation d’un ordre du jour pouvant conduire à de véritables discussions.

Pour la mouvance, il n’est pas question de chercher le consensus sur tous les points. Certaines revendications de l’opposition dit-on doivent  être réglées par la loi. «Tout ce qui relève de la loi, c’est l’Assemblée qui doit intervenir et tout ce qui relève du consensus nous sommes prêts à accepter pour qu’on se donne la main. (…) Le chronogramme relève de la loi, les élections relèvent de la loi. Nous ne pouvons pas modifier le mois d’octobre pour les élections présidentielles, pour les communales  nous sommes prêts à analyser avec l’opposition pour voir les contraintes internes et externes » a annoncé Saloum Cissé membre du RPG arc-en-ciel et député.

Le ministre Cheik Sacko dit avoir bien écouté. Il lui reste à proposer un calendrier et le contenu des discussions. «L’opposition a un certain nombre de points qui ont été relevés par nous, la mouvance a un certain nombre de points qui ont été relevés par nous. On a écouté les deux camps, là on va proposer un ordre du jour dans les jours à venir pour que le dialogue commence », dit Me Sacko.

Le ministre de la justice garde des sceaux  ne souhaite pas qu’on continue à parler des préalables au sein de l’opposition. Le dialogue doit créer les conditions favorables à l’organisation des élections.

JB.