Les leaders du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) ont tenu une assemblée générale extraordinaire, ce lundi 24 février à Kipé (Ratoma). Au cours de cette réunion qui a duré 4 heures, ces leaders ont décidé de ne plus reconnaître Alpha Condé comme président de la République. 

“Le FNDC, porteur des aspirations démocratiques du peuple de Guinée, décide de ne plus reconnaître M. Alpha Condé comme président de la République de Guinée et demande son départ immédiat et sans conditions du pouvoir “, a déclaré Abdourahamane Sano, coordinateur national du FNDC.

“Par conséquent, le FNDC appelle toutes les Guinéennes et Guinéens à sortir massivement à partir de ce jeudi 27 février pour empêcher par tous les moyens légaux le putsch constitutionnel de M. Alpha CONDE. Invite tous les citoyens à user de la légitime défense pour résister, conformément à l’article 21, alinéa 4 de la Constitution, aux milices que M. Alpha Condé tente de constituer pour perpétrer son coup d’Etat constitutionnel”, a renchéri Abdourahamane Sano.

Par ailleurs, ‘‘le FNDC invite la CEDEAO et l’UA au respect de leurs propres principes sur la gouvernance démocratique, notamment en ce qui concerne les coups d’Etats, car qu’il soit militaire ou civil, un coup d’Etat équivaut à un Coup d’Etat. (..), appelle la CEDEAO, l’UA et le Conseil de sécurité des Nations Unies à prendre des sanctions collectives et individuelles contre les promoteurs du coup d’Etat constitutionnel ainsi que les auteurs et commanditaires des répressions sanglantes et crimes contre l’humanité en Guinée”.

Et de conclure : “la lutte de longue haleine entreprise par le peuple souverain de Guinée épris de paix et de justice, ne s’arrêtera pas au 1er mars et continuera jusqu’au départ de M. Alpha Condé.”

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités