Les locaux du ministère des Mines et de la Géologie, à Conakry, ont servi de scène, ce mardi, à la signature d’un accord-cadre de la reprise par la société Sycamore mining limited, des activités de la mine de Kiniéro (préfecture de Kouroussa), à l’arrêt depuis maintenant plusieurs années.

C’est en présence du ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, que le chef du département, Abdoulaye Magassouba et la délégation de ladite société ont signé les termes de cet accord, qui prévoit : la soumission par la société de projet (à créer par Sycamore) d’une étude de faisabilité dans un délai de 180 jours ; le transfert à la société de projet des installations , machines, équipements et autres  matériaux, moyennant paiement d’un prix déterminé par un expert indépendant ; l’obligation pour l’Etat d’octroyer à la société de projet d’un permis d’exploitation rapidement, après la validation de l’étude de faisabilité ; l’obligation pour Sycamore de mettre à la disposition de la société de projet un montant de cinq millions de dollars US (5.000.000 $) dans les meilleurs délais, à compter de la constitution de la société de projet ; l’obligation pour Sycamore d’apporter un financement additionnel de trente-cinq millions de dollars US (35.000.000 $) pour financer l’exploitation et le cas échéant l’extension de la mine.

Soutenant que : « Cet accord répond à la volonté et aux directives du Pr Alpha Condé en faveur de la relance de la mine de Kiniéro », le ministre en charge des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, a fait savoir que : « Cela est une excellente chose pour les populations de Kiniéro, de Kouroussa, mais aussi de la Guinée d’une manière générale. Cela permettra de créer des emplois, de créer des opportunités d’affaires pour les entreprises et en conformité avec la politique portée par le Président Alpha Condé ».

Avant de rappeler que : « Nous y avons travaillé depuis quelques années, pour trouver un investisseur qui a les capacités techniques, mais aussi et surtout les capacités financières, la volonté de relancer la mine. Aujourd’hui Sycamore s’engage à produire l’étude de faisabilité, après avoir fait tout l’état de la situation au niveau de l’usine, mais aussi au niveau de l’exploration et d’engager déjà les premiers travaux immédiatement. Il s’engage déjà à être sur le terrain dès la semaine prochaine, à mettre très rapidement 5 millions de dollars sur le compte de la société, à investir au minimum 30 millions de dollars pour pouvoir porter l’actif en exploitation et procéder à une extension de capacité dans le futur ».

Pour Matthieu Sharples de la société : « L’idée est de redévelopper cette usine le plus rapidement que possible, en redémarrant la mine avec plus de production possible. Ce qui est plus important, c’est de travailler en harmonie avec la population de Kiniéro, mais aussi avec Kouroussa, pour développer le travail local. Nous avons une équipe internationale qui doit venir et qui est très contente d’être en Guinée pour développer ce projet ».

Faisant depuis 5 ans la promotion dudit projet, d’après ses propos, le maire de Kouroussa, l’Honorable Ali Kaba, s’est dit heureux, tout en assurant que  : «  Il y aura les six mois d’abord, qui vont être mis en exécution pour permettre à la société de faire des études de faisabilité ; pendant cette période et même au-delà, nous allons nous impliquer fortement afin que les populations de Kiniéro en particulier et Kouroussa en général comprennent que cette société vient pour relever un défi, et pour cela, elle a besoin d’être soutenue conformément aux principes qui régissent la passation des marchés en république de Guinée (…) Le soutien de la communauté ne fera pas défaut ». 

Le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, qui a souligné que « nous sommes dans un cycle vertueux au niveau des mines », a fait savoir que la signature comporte deux aspects, à savoir sociologique et économique.

C’est à cet effet qu’il a expliqué, conformément à sa tâche, que : « L’autre aspect, c’est l’aspect économique, c’est un investissement énorme, que nous, nous appelons les IDE – les investissements directs de l’étranger -. Cela va créer de l’emploi et ça permet de collecter des revenus pour l’Etat et réparer certaines distorsions sociales ».

Il a également encouragé la population de Kiniéro à collaborer et à dialoguer avec les investisseurs.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici