C’est pour régler les problèmes qui assaillent le commerce, que le ministre Boubacar Barry, en charge dudit secteur, a rencontré à Conakry, ce mardi, les opérateurs économiques, les industriels, et les responsables des chambres de commerce.

Lors de cette réunion qui fait suite à celle qui avait eu lieu la semaine dernière avec les administrateurs des différents marchés de Conakry, les discussions ont porté, entre autres sur : « la réouverture des magasins, les questions de sécurité et d’accessibilité dans les espaces de vente et l’approvisionnement des autres marchés par le grand marché de Madina. »

A l’entame de ses propos, le ministre a énuméré les principales préoccupations. « La première préoccupation que nous avons, c’est la reprise effective des activités commerciales à travers le territoire national et la deuxième, c’est de juguler cette flambée des prix qui ne dit pas son nom et qui n’a pas de justification majeure », a-t-il cité.

Avant de conclure en annonçant quelques reformes : « J’ai informé les opérateurs de la décision prise par monsieur le président de la République de mettre en place une brigade de gendarmerie commerciale qui va être dédiée exclusivement à la surveillance du respect des normes de sécurité et du respect des règles et normes édictées par l’Etat. A l’image de la brigade de gendarmerie qui est à l’habitat. Je pense que cette unité pourrait être une réponse appropriée à la gestion au quotidien de ces espaces-là. Le dernier point qui est extrêmement important, c’est celui des prix. Nous sommes tombés d’accord de mettre en place un petit comité de travail très rapidement, qui va nous sortir la structure des prix de denrées pour que nous puissions les annoncer officiellement aux populations. Pour ce qui concerne le riz, la farine, l’huile, le lait et le sucre ; ils vont être sanctionnés par un acte que le ministre du commerce prendra, bien entendu avec l’accord de l’ensemble des opérateurs et de la chambre de commerce. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com