Dans le cadre de la promotion du Patrimoine Historique, Siaka Barry, Ministre en charge de la Culture et du Patrimoine Historique, a reçu en audience ce mercredi 29 juin 2016 l’association Dokala Djeli de Niagassola les détenteurs de sosso bala, les descendants de Balla Fassèkè Kouyaté.

Siriman Kouyaté, président de l’association Dokala juge de paix de Télémélé, a félicité le Ministre pour sa nomination à la tête de ce grand département, avant de relater l’historique du Sossobala qui date de plus de 8 siècles.

Sossobala est le seul patrimoine mondial en Guinée qui est inscrit sur la liste de l’UNESCO depuis le 18 mai 2001.

Depuis 1999 le festival de Sossobala a été institutionnalisé pour être fêté chaque 2ans. Cependant, depuis 2008 cette fête n’a pas été organisée.

Le président des Dokala Djeli sollicite du gouvernement la construction d’un Musée pour abriter le Sossobala afin de bien valoriser le patrimoine oral, jusque-là abrité dans une case qui fut construite en 1949.

En réponse, le Ministre, très ému de la visite a dans un langage clair affirmé que le Sossobala est le repère de la civilisation du manding, donc pas question de perdre ce repère.

Il a aussi promis à l’association qu’il fera tout son possible dans un bref délai, avec son équipe, construire un musée à Niagassola pour la préservation du Sosso bala qui pourrait encourager les touristes à visiter notre patrimoine oral.

Cela permettait éventuellement au département de la culture, des sports et du patrimoine historique de générer une importante manne financière à l’Etat guinéen.

Le Ministre Siaka Barry a promis de faire la fête de Tabaski prochaine à Niagassola pour assister à la sortie de Sossobala qui se fait une fois dans l’année.

Pour rappel, le Sosso Bala, ou balafon du Sosso en malinké, est un balafon sacré historique conservé dans le village de Niagassola (préfecture de Siguiri, région de Kankan). Ce balafon est réputé être le premier de tous les balafons, le balafon originel, l’étalon dont tous les autres ne sont que des copies.

sosso balaD’après l’épopée de Soundjata, transmise par la tradition orale des Mandingues, cet instrument daterait au moins du début du XIIIè siècle et aurait été la propriété de Soumaoro Kanté, roi du Sosso. Le souverain l’avait confié à son prisonnier Bala Fasséké, envoyé de Soundiata Keïta. Cette délégation malencontreuse de l’instrument magique allait faire partie des diverses causes menant à la défaite du roi de Sosso face au futur fondateur de l’empire du Mali. Après la victoire de Kirina, Soundiata s’attribua l’instrument et en laissa la garde à son griot Bala Fasséké Kouyaté

Avec la Cellule de Com du Gouvernement