Des registres de présence bientôt vont disparaître au sein de l’administration publique et laisser la place  au pointage électronique. Des agents ont commencé à marquer  leur présence  par un pointage à l’aide d’une machine suspendue dans les locaux de chaque département.

Le ministère de la fonction publique est dans sa démarche progressive pour  une administration  publique moderne.  L’appareil électronique  est un appui de la banque mondiale, le ministère de la coopération internationale  a eu l’honneur  ce  mercredi matin de procéder au premier  test de  pointage.

Alain Kouamé Kouadjo est  expert à Inovatec, il explique: «l’appareil a un écran pour afficher l’heure, la date. Il y a un clavier  qui permet de faire entrer certains paramètres qui vont permettre aux fonctionnaires de faire le pointage électronique. Il se fait via le pointage digital  mais il faut au préalable qu’il y ait ces fonctionnaires dans la machine. Nous avons chargé les données à partir des données qu’on a récupérées  depuis le recensement biométrique.»

Six ministères: la fonction publique, la coopération internationale, le budget, les finances, la sécurité, la direction nationale des impôts, des douanes pour un début ont  reçu l’appareil électronique. Le ministre   promet des mesures strictes après cette opération.  Il affirme que: «Le processus de modernisation de l’administration publique de Guinée  est en marche. Alors suite à l’opération de recensement biométrique pour fiabiliser la gestion des ressources humaines, nous avons aujourd’hui les outils pour maîtriser les effectifs  et la masse salariale. Au regard des résultats obtenus à l’occasion du recensement biométrique, il faut mettre en place les mécanismes de consolidation  de ces résultats. »

JB.