Lundi 7 octobre dernier, l’opposition (Sidya Touré, Lansana Kouyaté, Jean Marie Doré) avait annoncé avec fracas, qu’elle avait décidé de retirer ses membres des commissions de centralisations des votes avec effet immédiat. Notre reporter  a constaté sur le terrain que la réalité est tout autre.

Il est 10 heures ce  mercredi 9 octobre lorsque nous sommes arrivés à la commune de Matoto ou est basée la commission de centralisation des votes. Là, on a constaté la présence du représentant de l’Union des Forces républicaines (UFR), Ibrahima Sory Camara. Il justifie sa présence : ‘‘Depuis qu’on a commencé à travailler, on n’a pas de temps. Nous sommes coupés de toutes les informations.  S’il nous avait été signifié de nous retirer de la centralisation on se serait retiré immédiatement. Pour le moment, ce n’est pas à travers les médias qu’on va se retirer, mais c’est à travers un acte de notre parti. Je répète que nous n’avons pas été saisis par notre leader.’’

Me Diabaté Lanciné de la Mouvance a indiqué que tout se passe très bien. A la question de savoir pourquoi, les résultats de Matoto retardaient, il a déclaré : ‘‘Il faut savoir que la commune de Matoto représente 7 pour cent de l’électorat guinéen, en plus cette commune à plus de 800 bureaux de vote et vous multipliez ça par deux.  Ensuite, on a reçu ici des enveloppes, des kits, des urnes en vrac. Ce n’était pas ordonné.’’

A la Mairie de Ratoma ou est basé le comité de centralisation pour la comme, on a pu constater la présence des représentants de l’opposition qui continuent leur travail. Etant très occupés, ils n’ont pas pu témoigner, mais le président de ce comité de centralisation, M. Fodé Bangoura a confirmé leur présence et on a pu les voir en train de travailler.

Comme on le voit, contrairement à la déclaration de l’opposition, leurs représentants continuent de siéger au sein des comités de centralisation.

Par rapport aux informations qui font état de la présence de Malick Sankhon, il y a deux jours dans la salle de centralisation de Matoto, M. Diabaté, représentant le RPG  explique : ‘‘Je tiens à informer le peuple de Guinée, la communauté internationale, que je suis dans  la salle. Et je n’ai jamais vu Malick Sankhon dans la salle de centralisation. Ensuite, je n’ai jamais vu un béret rouge dans la salle de centralisation. Je n’ai jamais vu des cadres de l’Etat faisant immixtion dans le centre de centralisation depuis qu’on a commencé à travailler ici. Ce qui se passe hors du périmètre de la salle de centralisation ne m’intéresse pas.’’

Le délégué de l’UFR, M. Camara explique à son tour : ‘‘Dans la centralisation, il n’a pas pu avoir accès, mais aux alentours, il était bien arrivé parce qu’il nous a été rapportés par un des assesseurs de la centralisation, représentant de l’opposition qui a été menacé par les loubards de Malick Sankon. Mais, ça c’était en dehors de la cour de la centralisation.’’

El Hadj Mohamed Diallo

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici