Après les opérations de reconnaissance des ménages vulnérables, l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) a, dans le cadre de sa mission de lutte contre la pauvreté, mis ses agents sur le terrain, pour la distribution des vivres et les transferts monétaires.

La semaine dernière, plusieurs ménages inclus dans la base des données de l’ANIES, ont bénéficié d’un sac de riz et d’un bidon d’huile dans le cadre de la distribution des vivres. Et d’autres ont bénéficié d’un téléphone plus un compte YUP, pour les transferts monétaires.

C’est ce qu’une tournée nous a permis de constater dans les communes de Matoto et Dixinn.

Rencontré à Yimbaya Tannerie, Mohamed Mara, superviseur de la commune de Matoto, dans le cadre de la distribution des vivres, nous a fait le point.

« Nous avons la zone de Tombolia, où nous avons 474 bénéficiaires, la zone de Yimbaya, nous avons 1200 et quelques bénéficiaires ; la zone de Gbessia port 2, ou nous avons 1219 bénéficiaires et le site de Dar-ES-Salam où nous avons 774 bénéficiaires. Donc nous avons plus de 4000 bénéficiaires dans la commune de Matoto. Aujourd’hui nous sommes à plus 2000 bénéficiaires servis », nous a-t-il confié.

Par ailleurs, il a appelé certains citoyens qui pensent pouvoir bénéficier des vivres, alors qu’ils ne sont pas inscrits dans la base des données de l’ANIES. « La personne doit être appelée par un centre d’appel que nous avons. Il lui donne le programme. Ce dernier en venant, il envoie soit sa carte de récépissé ; sa carte d’identité nationale ou le numéro de téléphone qui a été enregistré pendant l’identification. La politique de lutte contre la pauvreté ne se fait pas d’un coup. C’est un chemin long. Certains seront pour un premier temps servis et un second temps un autre groupe viendra pour être servi », a-t-il éclairci.

Ibrahima Garba Soumah, lui, nous a expliqué en quoi consiste le transfert monétaire ; l’autre composante de l’aide apportée par l’ANIES.

 « Notre travail consiste à identifier les ménages bénéficiaires, les appeler. Vérifier si c’est le bon ménage. Chaque ménage va bénéficier d’un téléphone, d’une carte Sim. Nous les orientons vers les agents YUP, qui ouvrent un compte pour eux. Comme nous l’avait dit la hiérarchie, à la fin de ce mois, le transfert monétaire va commencer. Nous les informons qu’ils vont recevoir l’argent d’ici le 30 août. Une fois l’argent transféré, ils doivent se rendre dans les kiosque YUP pour retirer l’argent », a expliqué cet agent.

Avant de nous dire que : « je dois toucher 437 ménages, j’ai commencé le 11 aout, et je suis aujourd’hui à 410. »

Après avoir reçu son téléphone et ouvert son compte, Mme Camara M’mamady Bangoura a exprimé ses sentiments.  « J’ai reçu le téléphone et je suis très heureuse. Si l’Etat réalise ce qu’ils nous ont dit, ça sera salutaire. Les temps sont vraiment durs. Vraiment nous sommes très contents », s’est-elle exprimé en Soussou.

Plus loin, derrière la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Conakry, Anselme Tamba Leno, assure la distribution des vivres au compte de l’ANIES.

Ce pair-éducateurs est chargé de gérer le quartier Gbessia port 2 et périphérie, dans le cadre de la distribution des vivres.

« Pour le moment, nous distribuons un sac de riz et un bidon d’huile par ménage. Pour la zone que je dois couvrir, je dois servir 1219 ménages. Pour le moment, nous avons pu servir 682 ménages. Nous avons commencé la distribution le 21 aout. Depuis que nous avons commencé, nous n’avons pas encore reçu de plainte concernant la qualité du riz », a-t-il dit.

Recevant son sac de riz et son bidon d’huile, Fatoumata Bangoura a témoigné sa joie : « je suis très très heureuse de recevoir ces dons venant du gouvernement. Faut leur dire que nous sommes là pour eux. Que Dieu protège le pays. »

Le même constat est fait dans la commune de Dixinn, où dans les quartiers Hafia 1 et 2, les citoyens viennent prendre leurs vivres et récupérer les téléphones destinés aux transferts monétaires.

Chargé de distribuer des vivres aux populations des quartiers, Kenien, Hafia mosquée, Hafia Château et de Hafia 1, Thierno chérif Sow, installé à Hafia 2 a estimé que « tout se passe bien ».

Installé chez le chef de quartier à Hafia 1, Baldé Ibrahima reçoit les bénéficiaires du transfert monétaire qui viennent retirer leurs téléphones.

 « Les opérations ont commencé le samedi 15 aout. Le transfert se passe dans de bonnes conditions. Concernant la liste, nous avons déjà épluché les 2/3. On s’attèle au travail et on pense avec la semaine qu’on pourra atteindre la totalité », a expliqué M. Baldé

Après le retrait de son téléphone, Saidouba Camara, a estimé que cette opération « est une bonne chose. La conjoncture est vraiment dure. Moi je suis menuisier de profession. Et grâce à cet argent, je pourrai subvenir au besoin de ma famille. Si Dieu le veut bien », a-t-il dit en langue soussou.

Séduit par l’initiative, Aly Camara, Chef de quartier Hafia 1 s’est réjoui de recevoir les agents de l’ANIES dans son quartier. Il a par ailleurs appelé ceux qui n’ont pas eu, à faire preuve de patience. «ça  se passe chez moi, mais moi je n’ai pas encore bénéficié. Mais je ne vais pas me fâcher. C’est une histoire de liste. Donc le jour que je serai choisi, j’aurai mon dû », a-t-il lancé à l’endroit de ceux qui s’impatientent.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com