L’Unité d’Action Syndicale (ONSLG, COSATREG, CGFOG) a tenue, samedi, 21 février, une Assemblée générale  au siège de la Confédération Syndicale Autonome des Travailleurs et des Retraités de Guinée (COSATREG), pour informer et prendre une décision commune par rapport à la situation sociopolitique et économique du pays, a suivi l’AGP.

Cette rencontre a permis aux secrétaires généraux des différents structures syndicales, de rendre publique une déclaration commune par rapport au ‘’mutisme du gouvernement’’ sur  la fixation du prix du carburant à la pompe.

Cette déclaration lue par le secrétaire général de la COSATREG, Yamoussa Toure, indique que ‘’cette situation de frustration et de discrimination, entraîne un mécontentement généralisé des travailleurs.

«Considérant la légitimité de nos revendications, considérant la baisse effective et significative du prix du carburant sur le marché pétrolier international d’une part et dans  la sous-région ouest africaine d’autre part, considérant les aspirations profondes des travailleurs au cours de l’assemblée générale du 21 février 2015, l’Unité d’Action Syndicale décide d’aller en grève, au cas où le prix du litre de carburant à la pompe n’est pas revu à la baisse (6000GNF)», a fait savoir Yamoussa Touré.

Ainsi, ces Centrales syndicales (ONSLG, COSATREG et CGFOG) disent prendre en compte la légitime revendication des travailleurs à aller en grève d’avertissement de 48 heures reconductibles, à compter du 06 mars 2015, sur toute l’entendue du territoire national, d’où le lancement d’un préavis de grève, signé des trois (3) secrétaires généraux, en date du 21 février 2015.

La rencontre a mobilisé l’ensemble des élus des bureaux de base et autres mandants.

AGP