Kerfalla Yansané, ministre des Mines

Le Ministère des Mines et de la Géologie (MMG) a, à travers une note circulaire, demandé à toutes les sociétés minières évoluant sur le territoire national, de faire un cordon de sécurité sanitaire au niveau de leur site pour  lutter  contre la propagation du virus Ebola, qui sévit depuis janvier en Guinée.

La sensibilisation a commencé par le personnel du département des Mines qui a bénéficié d’une journée d’information et de sensibilisation sur les dangers de l’épidémie à virus Ebola.

Animée par les spécialistes de l’ONG,‘’Aimer la Guinée’’, les travailleurs ont été informés sur l’historique, les modes de transmission, les dangers humains et économiques du virus.

Le conférencier, Dr Karifa Moussa Samouraa indiqué, que le virus Ebola de

Guinée est de la souche  GuinéanEbov  97%  de ressemblance au type zaïrois.

‘’Ce virus est très dangereux, il a une période d’incubation de 2 à 21 ou de 5 à 12 jours. Une fois dans le corps, il crée une invasion du sang, attaque les cellules de la victime, les globules blancs (soldats de l’organisme) et les cellules dendritiques du système nerveux’’, a expliqué Dr  Samoura.

Après ces explications qui ont émerveillé et effrayé les participants, le ministre d’Etat, ministre des Mines et de la Géologie, KerfalaYansanè a  souligné,  que le pays est en danger humain, mais aussi dans l’isolement économique qui ne permettent pas d’attirer les investisseurs et le bon déroulement des activités commerciales.

Il a, en outre, demandé aux compagnies minières de faire des ceintures de sécurité sanitaire au niveau de leurs sites respectifs ce, pour éviter la propagation du virus et de fournir des rapports sur leurs activités pendant la période épidémiologique d’Ebola en Guinée.

Le ministre a informé que son département prévoit l’organisation des rencontres d’informations et de sensibilisations dans les sites miniers du pays.

Il a été rappelé au cours de cette rencontre, qu’avant d’apparaitre en Guinée, Ebola avait atteint 2201 personnes et tué 1439, ajoutant,qu’avec le relâchement des campagnes d’informations et de sensibilisations, que l’épidémie s’est propagée dans le pays.Pour preuve, au compte du seul mois d’août, la préfecture de Gueckédou a enregistré 54 cas dont 40 confirmés.

AGP

 

Publicités