Les concertations nationales se sont poursuivies à Conakry, le 14 septembre. Après les partis politiques, le CNRD a reçu les représentants des différentes coordinations nationales. Après la rencontre qui s’est déroulée à huis clos, les différents représentants ont fait leurs commentaires.

Elhaj Sekhouna Soumah (Basse-Guinée) : « Il nous a montrés qu’il a été bien éduqué »

« Notre rencontre s’est très bien déroulée. Nous remercions Doumbouya ainsi que l’armée guinéenne. La Guinée était dans des difficultés. C’est Dieu qui nous a épargnés. Nous lui avons dit de ne pas suivre certains Guinéens qui ne veulent pas du bien du pays. Il n’a qu’à essayer d’arranger la Guinée ; qu’il renforce la cohésion sociale et mette fin à l’ethnocentrisme. Il nous a aussi remerciés en retour. Le reste, nous le dirons lorsqu’il nous rappellera prochainement. À voir le début de l’œuvre de Doumbouya, nous sommes déjà convaincus. Vous savez pour chaque chose, c’est le début qui montre. Il nous a montrés qu’il a été bien éduqué. Nous lui confions toute la Guinée ainsi que la Basse-Guinée ».

El Hadj Ousmane Baldé alias « Sans loi » (Président de la coordination de Haali Pular et de Fulbe de Guinée) : « ils ont cette volonté de construire la Guinée »

« Ce que vous allez retenir c’est qu’ils ont cette volonté de construire la Guinée. Et de deux : ils sont là à notre disposition. Ils demandent aux populations guinéennes et étrangères de les assister. On les remercie de nous avoir appelés. Nous sommes venus, on a dit nous sommes à sa disposition. Celui qui a dit que la Guinée est libérée, c’est vrai. Si hier tout le monde était comme moi alors je dirais que la Guinée est libérée. Je lui ai dit d’œuvrer pour la paix, de veiller à la protection des bétails. Le commerce s’exerce dans la paix, que l’industrie travaille tranquillement et que personne ne soit accusé à tort ».

Gnouma Sory Leno, porte-parole des coordinations régionales.

« Le colonel a appelé les sages des 4 régions naturelles, notamment Elhadj Sékhouna Soumah, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, Dr Jean Dimini Tolno et Elhadj Sékou Kaba. Nous étions venus répondre à l’appel sans savoir exactement le calendrier [l’ordre du jour]; mais, dans le discours du colonel, il s’agissait de se confier et confier la nation aux sages. Il a appelé les sages à jouer un rôle important dans le cadre de l’unification des fils de la nation. Il a demandé aux différents sages de se retrouver, travailler et lui faire des propositions dans le cadre de la gestion du pays.  Les sages ont répondu favorablement. Ils ont dit qu’ils vont appuyer le colonel dans le cadre des actes positifs qu’il va prendre et dans le cadre de la gestion de notre nation.

Les sages ont aussi demandé au colonel d’être prudent. Dans le discours des sages, ils lui ont fait comprendre que notre pays a beaucoup de gros parleurs ; mais au fond, les gens ne se battent que pour leurs intérêts. Ils ont demandé au colonel d’être également transparent, sincère et honnête envers ses camarades d’armes. Parce que le plus souvent, la trahison au sein de l’armée vient bien- sûr du manque de transparence. Donc, les doyens lui ont demandé d’être transparent et d’être tolérant envers certains de ses amis. Si quelqu’un fait des erreurs, c’est de l’appeler corriger automatiquement.

Le colonel a aussi fait la même chose en demandant à ses camarades d’armes de lui pardonner en cas d’erreurs parce qu’il est un individu. S’il se trompe c’est de l’appeler et le conseiller pour ne plus que les mêmes erreurs reviennent. En tout cas, il a rassuré les sages en disant qu’il ne va pas répéter les erreurs du passé. Il a insisté sur cela et a appelé à l’unité.

Les sages ont décidé de se préparer pour faire une déclaration commune autour de laquelle d’abord parler de leur position par rapport à la prise du pouvoir par l’armée. Ils vont aussi parler du rôle que le colonel doit jouer par rapport à l’état actuel de la Guinée. Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui notre pays est divisé. La seule chose qui n’est pas divisée c’est le drapeau, sinon, toutes les autres entités sont divisées. Si vous prenez les coordinations, dans la salle par exemple, il y avait 7 coordinations parce que quand nous nous sommes opposés au président Alpha Condé pour dire que nous sommes contre le 3ème mandat, monsieur Alpha Condé à mis en place des coordinations parallèles pour nous contrecarrer et aujourd’hui Dieu merci les sages sont contents parce que la vérité a triomphé ».

Abdou Lory Sylla et Bhoye Barry pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.