C’est dans les locaux du Centre culturel franco guinéen à Conakry, qu’a été officiellement lancée, ce jeudi 19 novembre, la 4ème édition du Salon international du livre de jeunesse (SILJ), initiée par la maison d’édition Ganndal, sous le thème “Le numérique, une opportunité pour le livre de jeunesse”.

Pour quatre jours (du 18 au 21 novembre), ce salon, qui se déroule au CCFG et dans les cinq communes de Conakry, va permettre de rapprocher le livre des jeunes, à travers des expositions, ventes et animations.

Cette cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des responsables de plusieurs maisons d’édition guinéennes et sous-régionales, mais aussi en présence des représentants des ministères en charge de l’éducation nationale et de la culture.

D’après Aliou Sow Sow, l’initiateur du salon, l’objectif premier est « de susciter les habitudes d’abord, ensuite les compétences de lecture chez les enfants. L’autre objectif est commercial, parce que nous souhaitons, que le public, les parents, les enseignants et autres viennent découvrir les livres et qu’ils en achètent pour leurs enfants ».

A la fin de cette édition, lui et son équipe s’attendent à ce que « le maximum de gens possible viennent avec leurs enfants et qu’ils visitent les stands, découvrir la diversité des livres de jeunesse… »

Pour Ansa Diawara, représentant du ministère de l’Education nationale, c’est une joie de voir une pluralité de pays à ce salon. « La cérémonie a été pour moi une découverte, parce que je ne connaissais pas ces éditeurs sénégalais, ivoiriens. Et je viens de visiter les stands, où j’ai vu des dessins animés, j’ai vu des éditions en langue nationale. Cela prouve à suffisance qu’en Guinée aussi, nous pouvons faire la promotion de la langue nationale. Donc j’en ai vu sur le stand sénégalais, ce qui m’a beaucoup impressionné.  Ça veut dire que nous pouvons encore plus mettre un accent sur nos langues nationales, pour que nos enfants puissent aussi maîtriser ces langues qui sont très importantes pour nous », a-t-il confié.

Il a, par ailleurs, remercié le PNUD pour les livres offerts aux écoles d’enseignement primaire, et promis que ces derniers seront utilisés à « bon escient ».

Le directeur national de livre et de la lecture publique, Hamza Kaba, représentant le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, Bantama Sow, a, avant tout, remercié les Editions Ganndal pour cette initiative qui se perpétue. « Aujourd’hui, ce salon est devenu un véritable centre d’intérêt pour le rayonnement international de la littérature de la jeunesse, grâce à l’implication effective des auteurs, des éditeurs, des libraires, des associations littéraires, les enseignants et des parents d’élèves.  L’accès de tous à la lecture. L’objectif majeur de cet événement est un impératif de développement durable, qui nécessite la création des conditions d’accès au livre et inspiré en la jeunesse la culture de la lecture », a-t-il dit.

Enfin, il a assuré que pour la cause du livre, « l’engagement » de son département ne fera pas défaut.

A rappeler que la cérémonie a pris fin par la remise des livres offerts par le PNUD aux encadreurs de quelques écoles primaires de Conakry et par la visite des stands de livre par les officiels.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.