L’un des sujets débattus ce samedi, au cours de l’assemblée générale de l’UFR, c’est le rapport d’audit du fichier électoral guinéen, présenté il y a quelques jours, par la mission des experts de la CEDEAO. Quoiqu’il ne participe pas à la prochaine présidentielle, le parti de Sidya Touré semble suivre de près ce fichier autour duquel, selon lui, il y a encore des magouilles.

Face à un parterre de militants et sympathisants de l’UFR, l’ancien ministre Mohamed Tall et membre du bureau exécutif du parti a dans son intervention, accusé la mission technique de la CEDEAO d’entretenir du flou autour du fichier électoral guinéen.

“Vous avez dû suivre à travers les médias récemment, les protestations de certains candidats opposés à Alpha Condé dans cette mascarade là, notamment du côté de l’UFDG. Il y a des voix qui se sont levées pour dire, nous ne sommes pas d’accord avec les conclusions de cette mission technique de la CEDEAO. Parce qu’ils l’avaient fait avant le 22 mars, là aussi c’est de manière très superficielle qu’ils sont en train de nous dire que le ficher est bon, que 2 millions et quelques ont été retirés. Donc le corps électoral est revenu dans des proportions correctes”, a-t-il fait entendre.

“Nous sommes, poursuit-il, dans cette situation de flou, parce que cette mission de la CEDEAO est venue quasiment en catimini. L’information n’est parvenue à personne en dehors de la CENI, mais nous, nous savions que la CENI avait fait la demande et travaillait dans ce sens-là. Et aujourd’hui les acteurs politiques se méfient des missions techniques qui se déroulent de manière exclusive et surtout dans l’opacité. Tel a été le cas de la dernière mission. Malheureusement ça fait deux fois en Guinée, que la CEDEAO nous fait ce coup-là. Donc il y a encore des magouilles autour du fichier, ce fichier reste un gros problème”.

Dans la même optique, le vice-président de l’UFR, honorable Bakary Goyo Zoumanigui a fait entendre que : ” le fichier qui est là, n’est pas un fichier sérieux. Les missions qui viennent et qui considèrent que ce fichier est sérieux, ces missions ne sont pas sérieuses. Il faut que l’on retienne cela et continuer notre combat. C’est la preuve comme quoi, l’UFR a vu juste de ne pas participer à cette mascarade du 18 octobre”.

Au terme de ses travaux d’audit, la mission technique de la CEDEAO a fait savoir qu’ “après la radiation des 24 mille 374 électeurs mineurs, des 343 déclarés décédés, des 552 mille électeurs sans pièce justificative; le retrait de 212 mille 562 doublons et 84 fraudes à l’identité, le fichier global des électeurs s’élève à 5 millions 410 mille 089 électeurs, dont 5 millions 319 mille sur le territoire guinéen et 90 mille 943 pour la diaspora”.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com