Ce jeudi 8 octobre 2020, le personnel soignant contre le COVID-19 était en sit-in devant l’hôpital national Donka, dans la commune de Dixinn. Ils  réclament leur prise en charge dans la lutte contre le coronavirus, comme annoncé par le Premier ministre dans son discours par rapport au plan de riposte économique, en juin dernier.  

« Nous sommes là, ce matin, avec nos collègues, parce qu’il y a quelques semaines, on a mis un collectif en place pour pouvoir coordonner nos activités. Vous n’êtes pas sans savoir qu’à la date du 11 juin, lors du conseil des ministres de notre gouvernement, ils ont statué sur les primes exceptionnelles concernant les personnes impliquées dans les prises en charge du COVID-19. Dans la même lancée, le 23 juin, le Premier ministre, dans son plan de riposte économique et social contre le COVID-19, a déclaré solennellement que pour trois mois, les personnels impliqués dans la riposte devraient bénéficier des primes allant du mois de juillet à septembre », a expliqué Keïta Kaba, coordinateur du collectif du personnel soignant pour la prise en charge dans la riposte contre le COVID-19, sur les motivations de ce sit-in.

« Après septembre, aujourd’hui, ces primes ne sont pas effectives, aucun personnel soignant ne dira qu’il a reçu aujourd’hui des primes exceptionnelles, (…) Pour pouvoir faire les choses dans les normes, pour ne pas réellement créer de la violence, nous avons pensé réunir nos amis en collectif, pour pouvoir trouver les moyens comment réclamer ces primes de façon très pacifique. Parce que nous ne l’avons pas demandé, cela a été une promesse du gouvernement. Aujourd’hui, les CTE ne cessent d’activité du jour au lendemain. Nous avons dépassé le mois de septembre, les primes ne sont pas données. Pendant ces trois mois, nous n’avons reçu aucune prime. Où sont ces primes ? Nous sommes là pour décliner le plan d’action pour obtenir ces primes. Voilà l’objectif de notre rencontre », a-t-il renchéri.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199