Après plusieurs heures passées à la DPJ, le doyen Souleymane Diallo, PDG du groupe de presse Lynx-Lance, a été transféré au tribunal de première instance de Kaloum, pour être présenté à un juge d’instruction. Assisté de ses avocats, Souleymane Diallo qui a répondu à la plainte adressée au directeur général de la radio Lynx FM, Abou Bakr, a répondu aux questions du juge d’instruction.

Au sortir du bureau du juge d’instruction, Me Mohamed Traoré, un des avocats du patron de presse, a déclaré que son client est poursuivi pour « complicité de production, diffusion de données, de nature à troubler la sécurité publique, porter atteinte à l’honneur et la dignité, sur le fondement des articles 32 et 33 sur la cyber sécurité ».

« La situation n’est pas aussi simple qu’on le pense. Aujourd’hui, on est en train de constater l’abandon pur et simple de la loi sur la liberté de la presse en ce qui concerne les délits commis par voie de presse. Et aujourd’hui, M. Diallo est poursuivi non pas sur la base de la loi sur la liberté de la presse, mais sur la base de la loi sur la cyber sécurité. Un texte qui est très répressif… La loi sur la cyber sécurité comporte non seulement des amendes très élevées, mais des peines d’emprisonnement. Donc, la situation est grave », a laissé entendre l’ancien bâtonnier, Me Mohamed Traoré.

Et enfin, il annonce que : « Nous nous attendions à ce que M. Souleymane Diallo aille en détention provisoire ; heureusement ce n’est pas ça qui s’est passé. Le juge a décidé de le placer sous contrôle judiciaire, avec obligation de se présenter tous les mercredis et tous les vendredis, c’est-à-dire deux fois par semaine. Il n’y a pas de coercition, et il viendra avec d’autres personnes qui sont concernées par cette procédure. »

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire