Les coupeurs de routes continuent de faire des victimes. Dans la nuit de ce dimanche 9 juin 2019, un taxi de marque Renault 19, qui quittait Conakry pour Labé, a été la cible d’un groupe de bandits lourdement armés, a appris Guinee7.com

Cette attaque a eu lieu à la rentrée de Mamou, plus précisément à Fello Soorè. Le chauffeur du taxi roulait tranquillement, quand deux motos, transportant au moins cinq personnes, et qui suivaient le taxi, ont commencé à tirer des balles sur les pneus du taxi.

« Quand nous avons quitté Conakry, entre 19 heures 20 heures, arrivés à Coyah, il y a un des passagers qui a demandé à ce que je gare la voiture pour qu’il puisse acheter un téléphone. Je lui ai dit non, que ce n’était pas possible, car on vient juste de quitter Conakry, où il est plus facile d’acheter un téléphone qu’à Coyah. Arrivés au poste de contrôle de la gendarmerie, il a emprunté le téléphone de quelqu’un que nous avions trouvé là-bas, pour émettre un appel. Je l’ai entendu dire à son interlocuteur que nous étions juste au barrage ; et puis il a raccroché. Je lui ai dit : “je ne sais pas avec qui tu communiques. Mais c’est imprudent de donner notre position avec l’insécurité, et je l’ai mis en garde qu’il sera responsable de tout ce qui nous arrivera. Et peu avant Mamou, nous avons constaté deux motos qui nous suivaient et directement, les gens ont ouvert le feu sur nous ; ils ont tiré sur les deux pneus de devant, j’ai perdu l’équilibre et nous sommes tombés dans une fosse. Ils sont descendus et nous ont mis au respect. Ils nous ont fait rentrer dans la brousse. Ils nous ont fouillés systématiquement et nous ont dépossédés de tous nos biens, avant de prendre la clef des champs », a expliqué Mamadou Oury Sow, le chauffeur du taxi. Les assaillants possédant des armes militaires, étaient cagoulés, a précisé le chauffeur qui dit avoir perdu personnellement la somme de deux millions de francs guinéens dans cette attaque. Certains passagers ont également perdu de l’argent et des téléphones, rajoute t-il.

Le passager ayant communiqué la position du taxi a été interpellé par la police de Mamou.

Les chauffeurs regrettent cette insécurité sur la route. Ils insistent sur le fait que les attaques dont ils sont victimes se produisent essentiellement dans la zone de Mamou.

Malgré la mise en place d’une brigade spéciale de la gendarmerie pour traquer les coupeurs de route, les attaques sont toujours récurrentes dans cette zone.

Mohamed Samoura pour Guinee7.com

Publicités