Au cours d’un récent entretien avec des hommes de médias, l’artiste reggae-man et candidat indépendant pour la mairie de la commune de Matoto, Elie Kamano, s’est exprimé sur la date proposée par la CENI pour la tenue des élections locales, avant de se pencher sur les multiples manifestations agencées par l’opposition républicaine pour réclamer l’organisation de ces élections.

En effet, le ‘’Maréchal’’ Elie Kamano trouve très salutaire cette récente proposition de l’institution en charge des élections en République de Guinée. « J’espère que cette fois-ci, cette date sera maintenue. Ce ne sera pas comme les autres fois où on a promis, on a fixé des dates, on a pris des décisions, mais on ne les a jamais respectées. Donc, il faut sortir de l’impasse là maintenant, et il faut passer à autres chose, parce qu’il n’y a pas que les élections communales », a déclaré l’artiste chanteur.

Et de poursuivre : « La CENI, elle est indépendante, c’est vrai, mais elle doit être équipée et pour qu’elle soit équipée, il va falloir que le gouvernement décaisse de l’argent. Je pense que le gouvernement ne peut pas aussi faire des déclarations comme ça, s’il n’a pas les moyens. Donc, je suis optimiste à ce niveau, je ne suis pas pessimiste, je pense qu’ils mettront les moyens à la disposition de la CENI, pour que le chronogramme soit respecté».

Parlant de la série de manifestations de rue dernièrement engagée par l’opposition républicaine, le candidat indépendant de Matoto dit ceci : « J’aimerais que l’opposition fasse des manifestions pour des raisons bien fondées, et qu’elle ne soit pas cette opposition qui sort cette fois, qui se fait tirer dessus, qui enregistre tout le temps des morts et sans résultat. C’est ce que je reproche un peu à Monsieur Cellou Dalein Diallo ».

« Le combat, quand on le mène, c’est pour des résultats, mais on ne peut continuer à mener un combat tous les jours, qu’on enregistre des morts tous les jours et que rien ne change dans le pays. Parce que, ce pour quoi ils se battent, si aujourd’hui une date est fixée, donc je ne vois pas pourquoi et le gouvernement et l’opposition ne trouvent pas une solution, avant que les jeunes ne continuent à se faire tuer dans la rue », a ajouté Elie Kamano.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com