« Il a exprimé le souhait de mourir président, on va l’aider, mais ça sera avant 2020. Parce qu’il n’est pas interdit de tuer des présidents. Il n’est pas interdit que des présidents meurent », a déclaré l’honorable Ousmane Gaoual Diallo, dans une vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux.

Cette sortie du coordinateur par intérim de la cellule de communication de l’UFDG, principal parti d’opposition, ne passe pas inaperçue au sein des personnalités publiques. Ce dimanche 27 octobre, sur sa page Facebook, l’ancien bâtonnier de Guinée, Me Mohamed Traoré, a réagi. « En Guinée comme partout ailleurs dans le monde, il est interdit de tuer le Président de la République, les manifestants et tout autre être humain. Chacun devrait le savoir. La vie humaine est sacrée. Une vie humaine est une vie humaine. Aucune vie humaine n’a plus de valeur qu’une autre. Même lorsqu’on ôte la vie à un fou, on commet un homicide. Bien que les peines puissent varier selon les victimes », a explicité Me Mohamed Traoré, par ailleurs fervent défenseur de l’actuelle constitution.  

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199