Libéré, après plusieurs jours passés à la maison centrale de Conakry, le journaliste Lansana Camara, directeur de publication du site Conakrylive s’est adressé à ses confrères ce mardi soir à la maison de la presse, Elhadj Mohamed Koula Diallo, à Coleah.

Au prime abord, le président de l’association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL), Amadou Tham Camara, n’a pas oublié de rappeler que malgré la libération du journaliste, « il y a une procédure qui est en cours ».

Prenant la parole à son tour, Lansana Camara s’est adressé à ses confrères en ces termes : « Je suis très très content de me retrouver devant vous cet après-midi. Il faut dire qu’hier à pareil moment, je ne m’y attendais pas. Mais aujourd’hui je suis devant vous, parmi vous pour continuer notre tâche quotidienne qui est : informer nos compatriotes par rapport à ce qui se passe. Certes, vous aviez tous été surpris de ce qui s’est passé en ce qui me concerne, mais c’est les risques du métier, mais aussi le destin. Mais pour cela, la procédure continue encore. Ce qui est fondamentale pour vous, pour la famille et pour les autres connaissances, c’était que je me retrouve en liberté et continuer donc la procédure.»

Il a remercié tous ceux qui ont participé à sa libération avant de révéler : « j’étais en prison, j’étais fier en quelque sorte d’être là-bas, parce que je recevais des témoignages comme quoi, il n’y avait pas une radio, une télé, un site qui n’ait pas parlé de cela ou qui ne parle pas de cela. C’était une fierté parce que je savais que j’avais une famille professionnelle qui me soutenait. Cela m’a aidé à supporter les difficultés liées à cette détention. »

Liberté provisoire

Dès sa sortie de la Maison Centrale, le prévenu Lansana Camara, accompagné du Conseiller juridique de la Haute Autorité de la Communication, Elhadj Djéli Mory Dioubaté et du président de l’AGUIPEL Amadou Tham Camara s’est rendu aussitôt à la Haute Autorité de la Communication.

Le Président de l’Association Guinéenne de la Presse en ligne a tenu à venir avec Lansana Camara remercier sincèrement la Présidente de la HAC, Mme Martine Condé, pour les efforts fournis par elle depuis l’annonce de l’arrestation du journaliste jusqu’à la mise en liberté provisoire de ce dernier.

« Au nom de l’ensemble des journalistes, nous vous remercions Mme la présidente pour tous les efforts fournis dans le cadre de la libération de notre confrère, Lansana Camara. Je suis personnellement témoin de toutes les démarches que vous avez eues à mener dans cette situation. Des coups de fils, des rencontres avec moi et tant d’autres démarches. Je vous en remercie sincèrement, et je mets également l’occasion à profit pour vous souligner que la procédure n’est pas terminée, c’est juste une première étape qui a été franchie. Nous comptons toujours sur votre diligence pour la suite de cette affaire », a déclaré en substance M. Amadou Tham Camara Président de l’AGUIPEL.

En retour, la présidente de la HAC, visiblement émue est d’abord revenue sur les deux principales missions de la HAC à savoir : protéger les journalistes contre les abus du pouvoir, et de l’autre côté protéger également les autorités et les citoyens contre des manipulations de l’opinion par les journalistes.

Avant de noter que les efforts et démarches menées pour la libération de M. Lansana Camara est un devoir et une des missions de la HAC. En affichant sa satisfaction suite à la libération de M. Camara, Mme Martine Condé a invité les journalistes à plus de responsabilités et de professionnalisme dans le traitement des informations.

La Présidente de la HAC a demandé à M. Lansana Camara de considérer cette détention comme un fait du destin. Mme Martine Condé pour terminer, a instruit le Conseiller juridique de la HAC à continuer à suivre le dossier, avant de proposer l’organisation très prochaine d’une rencontre avec les journalistes pour que le contenu de la L002 sur la Liberté de la Presse soit davantage expliqué.

Abdou Lory Sylla et le Bureau de presse de la HAC

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici